Forum cheval
Le salon de discussion

Et Outlander?

Sujet commencé par : beeboylee - Il y a 214 réponses à ce sujet, dernière réponse par cyberds
3 personnes suivent ce sujet.
Par beeboylee : le 11/05/16 à 15:10:36

Déconnecté

Inscrit le :
08-05-2004
55941 messages

134 remerciements
Dire merci1
Ok y'a GOT .
mais comme certains en ont parlé par ci par là, je viens de decouvrir Outlander ( sur netflix) et mais c'est que c'est tres regardable , cette chose!!!

Or donc, une infirmière qui a pas froid aux yeux et qui rentre de la guerre de 45 se retrouve magiquement télétransportée en Ecosse à la veille de la revolution jacobite ds les highlands.
Evidemment, ça lui fait un choc, mais elle s adapte sacrément bien,la bougresse ,et tombe amoureuse d'un beau specimen du coin, alors meme qu'elle regrette son mari, dont l ancetre ( anglais) est un pur salaud ( Damn it! )

Je craignais que ce ne fût gnangnan..Que nenni
Y'a du paysage, de la musique , du sexe et du sang et des personnages d'autant plus credibles que la reconstitution historique a l'air sérieuse
La question que je me pose est :que valent les romans? GOT, j'ai fini par laisser tomber niveau lecture parce que je trouvais que la multiplication des arcs narratifs et des personnages devenait lassant;
Mais là il y a beaucoup moins de monde et je peux donc supposer une certaine valeur littéraire aux bouquins?
La serie ne tombe pas ds le feuilleton harlequin alors, quid des livres ?

je sais que tres gros succes de librairie et toussa toussa mais c'est pas un critère: y'a qu'à voir le Da vinci Code qui est une pure daube, ou encore pire, la série des nuances de Grey , qui ne vaut que pour le titre

Messages 201 à 214, Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6

Par Loarghann : le 08/11/16 à 12:31:41

Déconnecté

Inscrit le :
10-08-2005
12044 messages

66 remerciements
Dire merci
tiens, j'ai une question pour les super connaisseuses...

Dans mes souvenirs de la saison 1 de la série TV, Claire rencontre le duc de sandringham, je ne me trompe pas, n'est ce pas ?

Dans mes souvenirs du tome 1 en Français, je ne me souviens pas du tout de cette rencontre, a-t-elle lieu ?

Et si elle n'a pas lieu, a-t-elle lieu dans le tome 1 en anglais ?

Est-ce qu'il s'y dit la même chose, qui fait croire à Claire que S. pourrait etre jacobite ?

je suis au souper juste après le viol dans le tome 2, et du coup j'essaie de remettre les pièces du puzzle en place

Par cyberds : le 08/11/16 à 13:01:06

Déconnecté

Inscrit le :
09-04-2004
43942 messages

186 remerciements
Dire merci
Bah non, pas de rencontre dans le livre
Le duc est invité par Colum qui pense l'envoyer chasser avec Jamie (le duc le trouvait fort sympathique) afin qu'il intercède pour lui auprès du roi.
Ça permet une scène sympathique où Jamie raconte au cours d'un repas comment il a échappé aux empressements répétés du duc (avec du sirop laxatif) et avoue à Colum que c'était la cause de son départ précipité de Leoch.
Ensuite le duc arrive à Leoch pour le banquet, le mari de Geilis meurt, Jamie part chasser en laissant Claire et ensuite c'est le procès

Par sabah12 : le 08/11/16 à 13:04:33

Déconnecté

Inscrit le :
18-07-2015
862 messages

19 remerciements
Dire merci
Alors je vais peut-être dire une bêtise mais oui il me semble qu'elle le rencontre dans la saison 1 mais effectivement je ne crois pas que ça se passe comme ça dans le bouquin,il me semble que c'est Jamie qui va le voir et non pas Claire
Pour le reste je me mélange tout entre la série et les livres, car quand je lis maintenant j'imagine les acteurs...c'est un gros fouillis

édit: ah b voilà, c'était pas du tout ça


Message édité le 08/11/16 à 13:05

Par Loarghann : le 08/11/16 à 13:22:11

Déconnecté

Inscrit le :
10-08-2005
12044 messages

66 remerciements
Dire merci
c'est quand même une grande différence, ca, dans l'histoire... la plus notable entre le livre et la série, non ?

Et comme il n'est pas très difficile d'imaginer que S. est le nœud de l'histoire complète... J'imagine que ca joue quand même vachement...

Coco

Par lbe : le 26/11/16 à 17:38:27

Déconnecté

Inscrit le :
20-05-2011
985 messages

6 remerciements
Dire merci
je suis au quatrieme tome ca me plait toujours bien. dans un autre style pas mal de similitudes avec angelique marquise des anges sur l histoire !!!

Par Loarghann : le 26/11/16 à 20:34:11

Déconnecté

Inscrit le :
10-08-2005
12044 messages

66 remerciements
Dire merci
Je termine petit à petit le tome 2, je lui trouve quelques longueurs et un tantinet trop de 'ça m' arrange' ces ficelles peu discrètes qui permettent aux héros de papier de se trouver au bon endroit justement au bon moment pour déjouer les tours des méchants. Il n'empêche que je suis toujours accroché pour le moment 😁

Par sabah12 : le 27/11/16 à 13:20:30

Déconnecté

Inscrit le :
18-07-2015
862 messages

19 remerciements
Dire merci
J'ai bien avancé dans le tome 4 pour ma part, je trouve qu'à certains endroits y'a quelques bug, est-ce qu'il n'y aurait pas des passages coupés là aussi? car on saute du coq à l'âne dans un même chapitre et des scènes ne sont pas expliquées entièrement, ça fait bizarre.
Mais y'a toujours le truc qui fait que j'ai pas envie de m'arrêter j'ai pu feuilleter les tomes suivants à la librairie, le nombre de pages ne cesse d'augmenter : nickel ! j'en ai encore pour un moment

Par Loarghann : le 06/12/16 à 18:07:26

Déconnecté

Inscrit le :
10-08-2005
12044 messages

66 remerciements
Dire merci
Bon, j'ai enfin fini le tome deux, et commencé le trois dans la foulée. Il y a vraiment des trucs que j'aime beaucoup dedans, et d'autres qui sont bof bof, surtout dans le déroulé des évènements et les personnes rencontrées par les protagonistes.

Mais l'histoire reste très bien écrite et on a envie de savoir ce que vont devenir les personnages, alors je ne vais pas lacher de sitot...

Par cyberds : le 06/12/16 à 18:53:42

Déconnecté

Inscrit le :
09-04-2004
43942 messages

186 remerciements
Dire merci
tout comme toi loarghann , il y a toujours un truc qui fait qu'on passe au dessus de ce qui ne va pas et on veut toujours savoir ce qu'ils vont tous devenir

Par sabah12 : le 07/12/16 à 10:33:23

Déconnecté

Inscrit le :
18-07-2015
862 messages

19 remerciements
Dire merci
J'ai convertie une très bonne amie, d'habitude c'est elle qui me conseille telle ou telle série, cette fois ci j'ai tenté ma chance, elle est accro ! Accro à Jamie surtout elle arrête pas de m'en parler

Sinon, ma maman m'a commandé la paperwhite pour Noël (selon vos conseils), je passe du côté obscur

Par cyberds : le 11/12/16 à 16:24:27

Déconnecté

Inscrit le :
09-04-2004
43942 messages

186 remerciements
Dire merci
j'ai un paquet de signes qui collent ...
15 Signs You’re Obsessed With ‘Outlander’
Lien

Par cyberds : le 07/01/17 à 21:59:25

Déconnecté

Inscrit le :
09-04-2004
43942 messages

186 remerciements
Dire merci
Si c'est encore nécessaire, je vous remets la preuve qu'il faut rafraîchir votre pratique de l'anglais et lire les livres en VO ...
Lors d'une récente interview, D Gabaldon parle de son travail d'écrivain et à une question sur la scène "hot" qu'elle a préféré écrire, cite le livre 3 (Voyager)
Lien
vers 17'20, elle explique que c'est une scène où tout est suggéré, Jamie énumère à Claire les petits bruits qu'il va lui faire émettre, elle proteste à chaque fois qu'elle ne fait pas ce genre de bruit et il finit par lui dire qu'avec ce qu'il va lui faire, ils verront bien quelle sorte de bruit elle ne fait pas ... Raconté par moi, ça ne dit rien
Il vaut mieux lire pour de bon, et vous allez voir ce que vaut la traduction française
Prude et lamentable, comme d'hab

la VF (ça représente quelques lignes)
— Pourriez-vous demander à M. Murphy de m'envoyer une bouteille de son meilleur vinaigre? Puis tâchez de savoir où les hommes ont rangé mes remèdes et faites-les porter ici, s'il vous plaît.
— Qu'est-ce que tu veux faire avec du vinaigre, Sassenach ? me demanda Jamie quand Maitland fut sorti.
— Te débarrasser de tes poux. Je n'ai pas l'intention de dormir avec un homme infesté de vermine.
— Aha ! Parce que tu comptes dormir avec moi ?
Il lança un regard vers la niche exiguë qui renfermait sa couchette.
— Certainement, rétorquai-je. Je ne sais pas où, mais on trouvera bien un endroit.
— Excellente idée. Tout compte fait, on peut très bien ne lever l'ancre que demain matin. Après tout, puisque c'est moi qui décide, je décide de passer la nuit à terre, où il y a de la place
— De la place pour quoi faire ?
— Aha, j'ai ma petite idée !
— Quelle idée ?
Il s'aspergea le visage des deux mains et sourit.
— J'ai ce plan que je peaufine depuis plusieurs semaines, Sassenach. D'abord, je t'emmène dans un coin désert de la plage. J'étale une couverture sur le sable et je m'assieds à côté de toi.
— C'est un bon début, convins-je. Et ensuite ?
— Ensuite, je te prends sur mes genoux et je t'embrasse.
Tout en se séchant, il vint s'asseoir à côté de moi sur la couchette.
— Et ensuite ?
— Ensuite, je t'allonge sur la couverture, je tripote tes cheveux, je goûte ta peau, ta gorge, tes seins... Je ne m'arrête que quand tu commences à couiner.
— Je ne couine jamais !
— Mais si, tu couines. Quoi qu'il en soit, je m'attaque ensuite à tes jupes. Je les relève doucement et j'enfouis...
Il fut de nouveau interrompu par de brefs coups timides à la porte.
— Bon sang ! grogna-t-il. On ne peut jamais être tranquille... Entrez !



Par cyberds : le 07/01/17 à 22:03:06

Déconnecté

Inscrit le :
09-04-2004
43942 messages

186 remerciements
Dire merci
La VO (c'est déjà plus long )

[…]“Just what d’ye mean to do wi’ the vinegar Sassenach?” Jamie observed me narrowly, as Maitland vanished into the corridor.
“Souse you in it to kill the lice,” I said. “I don’t intend to sleep with a seething nest of vermin.”
“Oh,” he said. He scratched the side of his neck meditatively. “Ye mean to sleep with me, do you?” He glanced at the berth, an uninviting hole in the wall.
“I don’t know where, precisely, but yes, I do,” I said firmly. “And I wish you wouldn’t shave your beard just yet,” I added, as he bent to set down the tray he was holding.
“Why not?” He glanced curiously over his shoulder at me, and I felt the heat rising in my cheeks.
“Er…well. It’s a bit…different.”
“Oh, aye?” He stood up and took a step toward me. In the cramped confines of the cabin, he seemed even bigger—and a lot more naked—than he ever had on deck.
The dark blue eyes had slanted into triangles of amusement.
“How, different?” he asked.
“Well, it…um…” I brushed my fingers vaguely past my burning cheeks. “It feels different. When you kiss me. On my…skin.”
His eyes locked on mine. He hadn’t moved, but he seemed much closer.
“Ye have verra fine skin, Sassenach,” he said softly. “Like pearls and opals.” He reached out a finger and very gently traced the line of my jaw. And then my neck, and the wide flare of collarbone and back, and down, in a slow-moving serpentine that brushed the tops of my breasts, hidden in the deep cowl neck of the priest’s robe. “Ye have a lot of verra fine skin, Sassenach,” he added. One eyebrow quirked up. “If that’s what ye were thinking?”
I swallowed and licked my lips, but didn’t look away.
“That’s more or less what I was thinking, yes.”
He took his finger away and glanced at the bowl of steaming water.
“Aye, well. It seems a shame to waste the water. Shall I send it back to Murphy to make soup, or shall I drink it?”
I laughed, both tension and strangeness dissolving at once.
“You shall sit down,” I said, “and wash with it. You smell like a brothel.”
“I expect I do,” he said, scratching. “There’s one upstairs in the tavern where the soldiers go to drink and gamble.” He took up the soap and dropped it in the hot water.
“Upstairs, eh?” I said.
“Well, the girls come down, betweentimes,” he explained. “It wouldna be mannerly to stop them sitting on your lap, after all.”
“And your mother brought you up to have nice manners, I expect,” I said, very dryly.
“Upon second thoughts, I think perhaps we shall anchor here for the night,” he said thoughtfully, looking at me.
“Shall we?”
“And sleep ashore, where there’s room.”
“Room for what?” I asked, regarding him with suspicion.
“Well, I have it planned, aye?” he said, sloshing water over his face with both hands.
“You have what planned?” I asked. He snorted and shook the excess water from his beard before replying.
“I have been thinking of this for months, now,” he said, with keen anticipation. “Every night, folded up in that godforsaken nutshell of a berth, listening to Fergus grunt and fart across the cabin. I thought it all out, just what I would do, did I have ye naked and willing, no one in hearing, and room enough to serve ye suitably.” He lathered the cake of soap vigorously between his palms, and applied it to his face.
“Well, I’m willing enough,” I said, intrigued. “And there’s room, certainly. As for naked…”
“I’ll see to that,” he assured me. “That’s part o’ the plan, aye? I shall take ye to a private spot, spread out a quilt to lie on, and commence by sitting down beside you.”
“Well, that’s a start, all right,” I said. “What then?” I sat down next to him on the berth. He leaned close and bit my earlobe very delicately.
“As for what next, then I shall take ye on my knee and kiss ye.” He paused to illustrate, holding my arms so I couldn’t move. He let go a minute later, leaving my lips slightly swollen, tasting of ale, soap, and Jamie.
“So much for step one,” I said, wiping soapsuds from my mouth. “What then?”




Par cyberds : le 07/01/17 à 22:03:57

Déconnecté

Inscrit le :
09-04-2004
43942 messages

186 remerciements
Dire merci
suite ( le passage avec flagons et apples, c'est une citation de la bible )

“Then I shall lay ye down upon the quilt, twist your hair up in my hand and taste your face and throat and ears and bosom wi’ my lips,” he said. “I thought I would do that until ye start to make squeaking noises.”
“I don’t make squeaking noises!”
“Aye, ye do,” he said. “Here, hand me the towel, aye?”
“Then,” he went on cheerfully, “I thought I would begin at the other end. I shall lift up your skirt and—” His face disappeared into the folds of the linen towel.
“And what?” I asked, thoroughly intrigued.
“And kiss the insides of your thighs, where the skin’s so soft. The beard might help there, aye?” He stroked his jaw, considering.
“It might,” I said, a little faintly. “What am I supposed to be doing while you do this?”
“Well, ye might moan a bit, if ye like, to encourage me, but otherwise, ye just lie still.”
He didn’t sound as though he needed any encouragement whatever. One of his hands was resting on my thigh as he used the other to swab his chest with the damp towel. As he finished, the hand slid behind me, and squeezed.
“My beloved’s arm is under me,” I quoted. “And his hand behind my head. Comfort me with apples, and stay me with flagons, For I am sick of love.”
There was a flash of white teeth in his beard.
“More like grapefruit,” he said, one hand cupping my behind. “Or possibly gourds. Grapefruit are too small.”
“Gourds?” I said indignantly.
“Well, wild gourds get that big sometimes,” he said. “But aye, that’s next.” He squeezed once more, then removed the hand in order to wash the armpit on that side. “I lie upon my back and have ye stretched at length upon me, so that I can get hold of your buttocks and fondle them properly.” He stopped washing to give me a quick example of what he thought proper, and I let out an involuntary gasp.
“Now,” he went on, resuming his ablutions, “should ye wish to kick your legs a bit, or make lewd motions wi’ your hips and pant in my ear at that point in the proceedings, I should have no great objection.”
“I do not pant!”
“Aye, ye do. Now, about your breasts—”
“Oh, I thought you’d forgotten those.”
“Never in life,” he assured me. “No,” he went blithely on, “that’s when I take off your gown, leaving ye in naught but your shift.”
“I’m not wearing a shift.”
“Oh? Well, no matter,” he said, dismissing this. “I meant to suckle ye through the thin cotton, ’til your nipples stood up hard in my mouth, and then take it off, but it’s no great concern; I’ll manage without. So, allowing for the absence of your shift, I shall attend to your breasts until ye make that wee bleating noise—”
“I don’t—”
“And then,” he said, interrupting, “since ye will, according to the plan, be naked, and—provided I’ve done it right so far—possibly willing as well—”
“Oh, just possibly,” I said. My lips were still tingling from step one.
“—then I shall spread open your thighs, take down my breeks, and—” He paused, waiting.
“And?” I said, obligingly.
The grin widened substantially.

“And we’ll see what sort of noise it is ye don’t make then, Sassenach.”
There was a slight cough in the doorway behind me.[…]


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
· Page précédente


Pour préserver la qualité de ce forum, vous devez être membre pour participer à cette discussion..
Il y a actuellement (59 788) membres dans la communauté.
Devenez membre | Connectez vous
Il y a 1 utilisateurs sur cette page : et 1 invité(s)

Les dernières annonces

A vendre hongre
2000€
Etalon PRE
12500€
Camion VL
3500€
VAN FAUTRAS 2
1500€
VAN FAUTRAS
3500€
Jument TRAIT DU
3000€