Forum cheval
Le salon de discussion

Devoirs : recueil poèmes

Sujet commencé par : leeloye1000 - Il y a 59 réponses à ce sujet, dernière réponse par mandine25
Par leeloye1000 : le 25/05/22 à 15:40:48

Déconnecté

Inscrit le :
04-03-2018
2363 messages

272 remerciements
Dire merci
ce n'est absolument pas dans mes habitudes de venir demander de l'aide pour des "devoirs", ni même d'autant m'investir dans la réalisation de ceux ci... mais là, ma fille (et moi) sommes en train de commencer à nous arracher les cheveux !

elle a un recueil de poésies à faire avec de contraintes bien difficiles (selon moi...)
en sachant, qu'en plus, la prof jugera aussi "l'originalité" du tout (puisqu'elle leur a dit de bien chercher (sur internet) pour qu'ils n'aient pas tous la même chose).
donc si cela évoque des souvenirs pour vous...

nous recherchons 6 poèmes, tous sur le thème du VOYAGE
dont :
- un sonnet
- un poème en prose
- un poème en vers libres

(les autres n'ont des contraintes que d'appréciation : un que vous voudriez garder, un que vous pourriez offrir à un camarade de classe, un que vous illustrerez. donc il nous faut trouver du choix, des propositions malgré tout.)

elle aura aussi un poème à faire... mais ceci est une autre histoire !

évidemment le tout devra être "argumenté" ...

voilà, pour être honnête, elle est noyée dans ses recherches.. et je dois bien avouer qu'au vu de la charge de travail, je suis partante pour l'aider... au moins en lui faisant une bonne compil' qu'elle pourra lire, mais même moi en cherchant, je me perds et trouve beaucoup aussi d'auteurs "inconnus"


un grand merci !



Messages 1 à 40, Page : 1 | 2

Par laska : le 25/05/22 à 15:55:50

Déconnecté

Inscrit le :
22-03-2008
27884 messages

449 remerciements
Dire merci
Baudelaire, Invitation au voyage

(edit : dans le même genre, du même auteur, Voyage à Cythère, Parfum exotique et Le Voyage.
Oui, j'aime Baudelaire! )

Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal (1857)



Message édité le 25/05/22 à 16:00


Message édité le 25/05/22 à 16:01

Par laska : le 25/05/22 à 15:56:46

Déconnecté

Inscrit le :
22-03-2008
27884 messages

449 remerciements
Dire merci
Joachim Du Bellay : sonnet
1522 - 1560

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage
Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la doulceur angevine.


Message édité le 25/05/22 à 15:57

Par laska : le 25/05/22 à 15:58:37

Déconnecté

Inscrit le :
22-03-2008
27884 messages

449 remerciements
Dire merci
Victor Hugo

À un voyageur
Les feuilles d'automne (1831).


Ami, vous revenez d'un de ces longs voyages
Qui nous font vieillir vite, et nous changent en sages
Au sortir du berceau.
De tous les océans votre course a vu l'onde,
Hélas ! et vous feriez une ceinture au monde
Du sillon du vaisseau.

Le soleil de vingt cieux a mûri votre vie.
Partout où vous mena votre inconstante envie,
Jetant et ramassant,
Pareil au laboureur qui récolte et qui sème,
Vous avez pris des lieux et laissé de vous-même
Quelque chose en passant !

Tandis que votre ami, moins heureux et moins sage,
Attendait des saisons l'uniforme passage
Dans le même horizon,
Et comme l'arbre vert qui de loin la dessine,
A sa porte effeuillant ses jours, prenait racine
Au seuil de sa maison.

Vous êtes fatigué, tant vous avez vu d'hommes !
Enfin vous revenez, las de ce que nous sommes,
Vous reposer en Dieu.
Triste, vous me contez vos courses infécondes,
Et vos pieds ont mêlé la poudre de trois mondes
Aux cendres de mon feu.

Or, maintenant, le cœur plein de choses profondes,
Des enfants dans vos mains tenant les têtes blondes,
Vous me parlez ici,
Et vous me demandez, sollicitude amère !
- Où donc ton père ? où donc ton fils ? où donc ta mère ?
- Ils voyagent aussi !

Le voyage qu'ils font n'a ni soleil, ni lune ;
Nul homme n'y peut rien porter de sa fortune,
Tant le maître est jaloux !
Le voyage qu'ils font est profond et sans bornes,
On le fait à pas lents, parmi des faces mornes,
Et nous le ferons tous !

J'étais à leur départ comme j'étais au vôtre.
En diverses saisons, tous trois, l'un après l'autre,
Ils ont pris leur essor.
Hélas ! j'ai mis en terre, à cette heure suprême,
Ces têtes que j'aimais. Avare, j'ai moi-même
Enfoui mon trésor.

Je les ai vus partir. J'ai, faible et plein d'alarmes,
Vu trois fois un drap noir semé de blanches larmes
Tendre ce corridor ;
J'ai sur leurs froides mains pleuré comme une femme.
Mais, le cercueil fermé, mon âme a vu leur âme
Ouvrir deux ailes d'or !

Je les ai vus partir comme trois hirondelles
Qui vont chercher bien loin des printemps plus fidèles
Et des étés meilleurs.
Ma mère vit le ciel, et partit la première,
Et son œil en mourant fut plein d'une lumière
Qu'on n'a point vue ailleurs.

Et puis mon premier-né la suivit ; puis mon père,
Fier vétéran âgé de quarante ans de guerre,
Tout chargé de chevrons.
Maintenant ils sont là, tous trois dorment dans l'ombre,
Tandis que leurs esprits font le voyage sombre,
Et vont où nous irons !

Si vous voulez, à l'heure où la lune décline,
Nous monterons tous deux la nuit sur la colline
Où gisent nos aïeux.
Je vous dirai, montrant à votre vue amie
La ville morte auprès de la ville endormie :
Laquelle dort le mieux ?

Venez ; muets tous deux et couchés contre terre,
Nous entendrons, tandis que Paris fera taire
Son vivant tourbillon,
Ces millions de morts, moisson du fils de l'homme,
Sourdre confusément dans leurs sépulcres, comme
Le grain dans le sillon !

Combien vivent joyeux qui devaient, sœurs ou frères,
Faire un pleur éternel de quelques ombres chères !
Pouvoir des ans vainqueurs !
Les morts durent bien peu. Laissons-les sous la pierre !
Hélas ! dans le cercueil ils tombent en poussière
Moins vite qu'en nos cœurs !

Voyageur ! voyageur ! Quelle est notre folie !
Qui sait combien de morts à chaque heure on oublie ?
Des plus chers, des plus beaux ?
Qui peut savoir combien toute douleur s'émousse,
Et combien sur la terre un jour d'herbe qui pousse
Efface de tombeaux ?

Par laska : le 25/05/22 à 15:59:02

Déconnecté

Inscrit le :
22-03-2008
27884 messages

449 remerciements
Dire merci
De mémoire, il y a un poème de Néruda sur la voyage.
Attends, je cherche

Edit : non, ça ne semble pas correspondre en fait : Lien


Message édité le 25/05/22 à 16:02

Par leeloye1000 : le 25/05/22 à 16:02:14

Déconnecté

Inscrit le :
04-03-2018
2363 messages

272 remerciements
Dire merci
alors j'ai oublié de préciser pour le sonnet.... et c'est bien ce qui nous pose un problème... un sonnet sur le voyage... mais qui NE SOIT PAS : heureux qui comme Ulysse ! (ils l'ont étudié en français et en musique... )

Par Yann22 : le 25/05/22 à 16:02:35

Déconnecté

Inscrit le :
05-08-2004
19884 messages

660 remerciements
Dire merci
Un petit haïku pour la route?

Automne obscurité
descend sur cette route
Je voyage seul

Par laska : le 25/05/22 à 16:05:01

Déconnecté

Inscrit le :
22-03-2008
27884 messages

449 remerciements
Dire merci
Toujours de notre ami Charles (mais en prose), dans Petits poèmes en prose et intitulé Invitation au voyage (parce qu'il avait de la suite dans les idées

L’INVITATION AU VOYAGE



Il est un pays superbe, un pays de Cocagne, dit-on, que je rêve de visiter avec une vieille amie. Pays singulier, noyé dans les brumes de notre Nord, et qu’on pourrait appeler l’Orient de l’Occident, la Chine de l’Europe, tant la chaude et capricieuse fantaisie s’y est donné carrière, tant elle l’a patiemment et opiniâtrement illustré de ses savantes et délicates végétations.

Un vrai pays de Cocagne, où tout est beau, riche, tranquille, honnête ; où le luxe a plaisir à se mirer dans l’ordre ; où la vie est grasse et douce à respirer ; d’où le désordre, la turbulence et l’imprévu sont exclus ; où le bonheur est marié au silence ; où la cuisine elle-même est poétique, grasse et excitante à la fois ; où tout vous ressemble, mon cher ange.

Tu connais cette maladie fiévreuse qui s’empare de nous dans les froides misères, cette nostalgie du pays qu’on ignore, cette angoisse de la curiosité ? Il est une contrée qui te ressemble, où tout est beau, riche, tranquille et honnête, où la fantaisie a bâti et décoré une Chine occidentale, où la vie est douce à respirer, où le bonheur est marié au silence. C’est là qu’il faut aller vivre, c’est là qu’il faut aller mourir !

Oui, c’est là qu’il faut aller respirer, rêver et allonger les heures par l’infini des sensations. Un musicien a écrit l’Invitation à la valse ; quel est celui qui composera l’Invitation au voyage, qu’on puisse offrir à la femme aimée, à la sœur d’élection ?

Oui, c’est dans cette atmosphère qu’il ferait bon vivre, — là-bas, où les heures plus lentes contiennent plus de pensées, où les horloges sonnent le bonheur avec une plus profonde et plus significative solennité.

Sur des panneaux luisants, ou sur des cuirs dorés et d’une richesse sombre, vivent discrètement des peintures béates, calmes et profondes, comme les âmes des artistes qui les créèrent. Les soleils couchants, qui colorent si richement la salle à manger ou le salon, sont tamisés par de belles étoffes ou par ces hautes fenêtres ouvragées que le plomb divise en nombreux compartiments. Les meubles sont vastes, curieux, bizarres, armés de serrures et de secrets comme des âmes raffinées. Les miroirs, les métaux, les étoffes, l’orfévrerie et la faïence y jouent pour les yeux une symphonie muette et mystérieuse ; et de toutes choses, de tous les coins, des fissures des tiroirs et des plis des étoffes s’échappe un parfum singulier, un revenez-y de Sumatra, qui est comme l’âme de l’appartement.

Un vrai pays de Cocagne, te dis-je, où tout est riche, propre et luisant, comme une belle conscience, comme une magnifique batterie de cuisine, comme une splendide orfévrerie, comme une bijouterie bariolée ! Les trésors du monde y affluent, comme dans la maison d’un homme laborieux et qui a bien mérité du monde entier. Pays singulier, supérieur aux autres, comme l’Art l’est à la Nature, où celle-ci est réformée par le rêve, où elle est corrigée, embellie, refondue.

Qu’ils cherchent, qu’ils cherchent encore, qu’ils reculent sans cesse les limites de leur bonheur, ces alchimistes de l’horticulture ! Qu’ils proposent des prix de soixante et de cent mille florins pour qui résoudra leurs ambitieux problèmes ! Moi, j’ai trouvé ma tulipe noire et mon dahlia bleu !

Fleur incomparable, tulipe retrouvée, allégorique dahlia, c’est là, n’est-ce pas, dans ce beau pays si calme et si rêveur, qu’il faudrait aller vivre et fleurir ? Ne serais-tu pas encadrée dans ton analogie, et ne pourrais-tu pas te mirer, pour parler comme les mystiques, dans ta propre correspondance ?

Des rêves ! toujours des rêves ! et plus l’âme est ambitieuse et délicate, plus les rêves l’éloignent du possible. Chaque homme porte en lui sa dose d’opium naturel, incessamment sécrétée et renouvelée, et, de la naissance à la mort, combien comptons-nous d’heures remplies par la jouissance positive, par l’action réussie et décidée ? Vivrons-nous jamais, passerons-nous jamais dans ce tableau qu’a peint mon esprit, ce tableau qui te ressemble ?

Ces trésors, ces meubles, ce luxe, cet ordre, ces parfums, ces fleurs miraculeuses, c’est toi. C’est encore toi, ces grands fleuves et ces canaux tranquilles. Ces énormes navires qu’ils charrient, tout chargés de richesses, et d’où montent les chants monotones de la manœuvre, ce sont mes pensées qui dorment ou qui roulent sur ton sein. Tu les conduis doucement vers la mer qui est l’Infini, tout en réfléchissant les profondeurs du ciel dans la limpidité de ta belle âme ; — et quand, fatigués par la houle et gorgés des produits de l’Orient, ils rentrent au port natal, ce sont encore mes pensées enrichies qui reviennent de l’infini vers toi.

Par Yann22 : le 25/05/22 à 16:05:54

Déconnecté

Inscrit le :
05-08-2004
19884 messages

660 remerciements
Dire merci
Pas de "Heureux qui comme Ulysse"? Je reste sur le Japon...

Un rayon délicat vient caresser la terre,
Le fin croissant du soir dans le ciel violet
Baigne de la pâleur de son tremblant reflet
Les îles de Yado et la mer qui s'éclaire;

Un parfum très subtil monte avec volupté
Des pâlissants iris et des pivoines roses.
Quel mystère charmant enveloppe les choses
En l'exquise douceur des belles nuits d'été !

Tout frissonne et se tait ; sous les brises très molles
Les pavots endormeurs effeuillent leurs corolles,
Qu'un souffle tendre et frais entraîne en voltigeant.

Sur les bateaux légers aux frissonnantes voiles
La blonde Séléné fait pleuvoir des étoiles,
Et le Japon s'endort en un rêve d'argent.


Louise Abbéma, "Nuit Japonaise",L'Art et la mode, 1884

Par laska : le 25/05/22 à 16:09:13

Déconnecté

Inscrit le :
22-03-2008
27884 messages

449 remerciements
Dire merci
Ma marraine (prof de lettres classiques à la retraite) est enthousiasmée par ce sujet

Elle te conseille ce sonnet (inconnu au bataillon pour ma part)

Le voyageur
Emile Nelligan

À mon père

Las d’avoir visité mondes, continents, villes,
Et vu de tout pays, ciel, palais, monuments,
Le voyageur enfin revient vers les charmilles
Et les vallons rieurs qu’aimaient ses premiers ans.

Alors sur les vieux bancs au sein des soirs tranquilles,
Sous les chênes vieillis, quelques bons paysans,
Graves, fumant la pipe, auprès de leurs familles
Ecoutaient les récits du docte aux cheveux blancs.

Le printemps refleurit. Le rossignol volage
Dans son palais rustique a de nouveau chanté,
Mais les bancs sont déserts car l’homme est en voyage.

On ne le revoit plus dans ses plaines natales.
Fantôme, il disparut dans la nuit, emporté
Par le souffle mortel des brises hivernales.

Par dilou : le 25/05/22 à 16:11:47

Déconnecté

Inscrit le :
01-01-2004
36585 messages

672 remerciements
Dire merci
Chercher chez Supervielle... Je ne suggère pas de titre pour que ta fille cherche !
Ou chez Blaise Cendrars (Prose du Transsibérien)


Message édité le 25/05/22 à 16:12

Par laska : le 25/05/22 à 16:12:57

Déconnecté

Inscrit le :
22-03-2008
27884 messages

449 remerciements
Dire merci
Une autre poétesse (pour faire écho à Yann) : Anna de Noailles, dans L'ombre des jours

LES VOYAGES


Un train siffle et s’en va, bousculant l’air, les routes,
L’espace, la nuit bleue et l’odeur des chemins,
Alors ivre, hagard, il tombera demain
Au cœur d’un beau pays, en sifflant sous les voûtes…

Tant de rêves, brûlant aux chaleurs des charbons
Tandis que le train va, par saccades pressées,
Éparpillant les champs, les villes dépassées,
Cinglant le vent sans force et déchirant les ponts !


— Le confiant espoir, l’allégresse naïve,
De croire que plus loin d’autres cieux, d’autres mains,
Donneront de meilleurs et plus chers lendemains
Et que le bonheur est aux lieux où l’on arrive…

Ah ! la claire arrivée, au lever du matin !
Les gares, leur odeur de soleil et d’orange,
Tout ce qui sur les quais s’emmêle et se dérange.
Ce merveilleux effort d’instable et de lointain.

— Voir le bel univers, goûter l’Espagne ocreuse,
Son tintement, sa rage et sa dévotion,
Voir riche de lumière et d’adoration,
Byzance, consolée, inerte et bienheureuse.

Voir la Grèce, debout au bleu de l’air salin,
Le Japon en vernis, et la Perse en faïence,
L’Égypte au front bandé d’orgueil et de science,
Tunis ronde et flambant d’un blanc de kaolin.


Voir la Chine buvant aux belles porcelaines,
L’Inde jaune accroupie et fumant ses poisons.
La Suède d’argent avec ses deux saisons,
Le Maroc en arceaux, sa mosquée et ses laines.

Voir la Hollande avec ses cuivres et ses pains,
Son odeur de poisson, de jacinthe et de hêtre,
Voir des maisons, ce qui se révèle aux fenêtres
D’humains secrets errant derrière les murs peints.

Voir la sombre Allemagne et ses contes de fée,
Ses fleuves, ses géants, ses nains et ses trésors,
Et l’Italie avec ses marbres et ses ors
Qui de gloire et d’amour tient sa pourpre agrafée.

— Et puis, comme au rosaire, où chaque grain divin
Amène quelque joie ou quelques indulgences,
Vénérer chaque jour, ô mes villes de France !
Vos places, vos beffrois, vos mails et votre vin.


Villes pleines d’amour où l’église et l’école
Cerclent d’un haut regard le pavé large et dur,
Où les roses d’été, passant dessus le mur,
Font sentir aux chemins la saison bénévole

Ô ville du raisin, de l’olive ou du blé,
Ville du forgeron d’où jaillit l’étincelle,
Ville de nonchalance où pendent aux ficelles
Les fruits secs, de piqûre et de soleil criblés,

Ville de la cerise ou ville de la pomme,
Ville des laboureurs ou bien des tisserands
Ville où le coq, la cloche et l’antique cadran
Marquent le temps des jeux, du travail et du somme ;

Villes vierges aussi, et qui joignent les mains
Près de leur cathédrale abrupte, âpre, efficace,
Et souhaitent, au clair de lune des rosaces,
Les mystiques rigueurs du moyen âge humain.


Bourgs serrés, hameaux clairs, petite citadelle
Grimpant au flanc des monts, assaillant les coteaux,
Paysage, vivant aux veines bleues des eaux,
Ville au Midi, avec ses jardins auprès d’elle.

Je porte tout cela dans mon cœur élancé,
Aujourd’hui où debout sur la colline verte,
J’écoute haleter vers les routes ouvertes
Le beau train violent, si rude et si pressé.

Il siffle, quel appel, vers quelle heureuse Asie
Ah ! ce sifflet strident, crieur des beaux départs !
Moi aussi, m’en aller vers d’autres quelque part,
Ô maître de l’ardente et sourde frénésie ! …

Par Cha1 : le 25/05/22 à 16:35:26

Déconnecté

Inscrit le :
05-10-2004
2223 messages

96 remerciements
Dire merci
Je ne sais pas si tu connais mais en Belgique, nous apprenons à l'école les poèmes de Maurice Carême qui est un poète belge qui a écrit pour les enfants.

Ca peut être une piste.

Lien

Liberté
Prenez du soleil
Dans le creux des mains,
Un peu de soleil
Et partez au loin !
Partez dans le vent,
Suivez votre rêve;
Partez à l'instant,
la jeunesse est brève !
Il est des chemins
Inconnus des hommes,
Il est des chemins
Si aériens !
Ne regrettez pas
Ce que vous quittez.
Regardez, là-bas,
L'horizon briller.
Loin, toujours plus loin,
Partez en chantant !
Le monde appartient
A ceux qui n'ont rien.
Maurice Carême


Message édité le 25/05/22 à 16:41

Par leeloye1000 : le 25/05/22 à 16:45:29

Déconnecté

Inscrit le :
04-03-2018
2363 messages

272 remerciements
Dire merci
merci merci pour toutes ses suggestions !

laska eh bien ravie de trouver qqu'un d'enthousiaste !
moi là, je me demande juste comment on (oui du coup je m'inclus dedans !) va réussir à sortir qque chose ! (d'autant que ma fille a pile à cette période deux championnats de France à l'autre bout de la France! et évidemment pas que du Français à faire!)
et moins personnel... sérieusement, c'est vraiment difficile de "chercher" seule (alors pour une gamine de 12 ans) sur internet... on est très vite noyé par des vagues d'infos, souvent répétitives et incomplètes!
et c'est sans compter l'accessibilité des "poèmes"... ma fille, lit et me sort des "je comprends rien!" (oui c'est sûr qu'à la première lecture... quand on est pas initié au genre poétique... c'est compliqué !)

Par Cha1 : le 25/05/22 à 16:48:42

Déconnecté

Inscrit le :
05-10-2004
2223 messages

96 remerciements
Dire merci
Dans les poètes belges pour enfants, il y a aussi Christian Merveille.

Je suis en vacances

Assis tout au bord d'un nuage,
Ça fait des jours que je voyage
Et dans mes vagabondages,
J'ai le vent comme équipage...

Funambule au fil de l'eau,
Je fais la papote aux oiseaux
Et - il faut ce qu'il faut -
j'ai mis une plume à mon chapeau.

J'ai mon chapeau soleil,
Mon écharpe arc-en-ciel,
J'ai tout oublié, je pense:
Je suis en vacances.

Christian Merveille


Par Xynou : le 25/05/22 à 16:53:58

Déconnecté

Inscrit le :
14-06-2018
897 messages

171 remerciements
Dire merci
Je te conseil d'aller faire un tour à la bibliothèque et demander conseils aux bibliothécaires jeunesse. Il existe pleins d'auteurs de poésie jeunesse. Ça l'intéressera certainement plus que les classiques.

Tu as aussi des ref en ligne:
https://printempsdespoetes.com/Editions-de-poesie-pour-la-jeunesse
https://www.recoursaupoeme.fr/les-incontournables-en-poesie-pour-la-jeunesse/

Par laska : le 25/05/22 à 17:04:05

Déconnecté

Inscrit le :
22-03-2008
27884 messages

449 remerciements
Dire merci
Lee : c'est un sujet très intéressant mais peut-être un peu complexe de prime abord pour une collégienne (6e il me semble)?

Le mieux pour elle est de choisir les poèmes qu'elle comprend/qui lui parle le plus!

Par swann : le 25/05/22 à 17:28:42

Déconnecté

Inscrit le :
19-10-2011
18078 messages

774 remerciements
Dire merci

Le voyage
Emile Verhaeren

C est long mais on peut ne choisir qu un extrait

Par leeloye1000 : le 25/05/22 à 17:51:51

Déconnecté

Inscrit le :
04-03-2018
2363 messages

272 remerciements
Dire merci
laska elle est en 5ème !
mais oui, cela reste je trouve difficile ! pourtant ma fille est une bonne élève, mais je pense que la prof de français (c'est une stagiaire) ne se rend absolument pas compte des multiples compétences qu'un tel travail demande !

et effectivement, j'aurais aimé trouvé des poèmes plus contemporains et peut-être davantage en "littérature jeunesse", plus accessibles (rapidement) au niveau compréhension !
parce que lui demander de porter un effort de lecture sur quelques poèmes pourquoi pas... mais sur des dizaines et des dizaines est inenvisageable et je pense que c'est même un coup à la dégouter !

Par laska : le 25/05/22 à 18:02:57

Déconnecté

Inscrit le :
22-03-2008
27884 messages

449 remerciements
Dire merci
Oups, désolée, je retarde (HS : en 5e, déjà!!!)

mais oui, cela reste je trouve difficile ! pourtant ma fille est une bonne élève, mais je pense que la prof de français (c'est une stagiaire) ne se rend absolument pas compte des multiples compétences qu'un tel travail demande !
Là, pour le coup, je suis tout à fait ok avec toi.
Qd je vois comment certains des premières que j'ai fait passer en oral blanc du bac fr ont galéré sur l'Albatros de Baudelaire...

Par dejavu : le 25/05/22 à 18:55:37

Déconnecté

Inscrit le :
04-08-2009
12347 messages

1070 remerciements
Dire merci
Le bateau ivre de Rimbaud ;-)

Par leeloye1000 : le 25/05/22 à 21:17:21

Déconnecté

Inscrit le :
04-03-2018
2363 messages

272 remerciements
Dire merci
en tout cas merci vraiment pour vos propositions un peu moins "attendues" ...
car en recherchant les textes du coup... de fil en aiguille on a découvert d'autres textes...
avec parfois de belles surprises !
parce que pour le coup en plus, je découvre que ma fille (qui déteste ne pas comprendre de suite!) n'a vraiment pas du tout le côté "amour de la langue !" ... je ne m'étais jamais posé la question à vrai dire, mais c'est exercice mets en évidence vraiment sa méconnaissance, et surtout clairement son non attrait pour la poésie ! elle n'y voit aucune beauté, aucun intérêt ... à pars la prise de tête !
[[[ tout l'opposé de son frère ! c'est fou ! d'ailleurs elle a émis l'hypothèse de le "payer" pour qu'il fasse son poème -- en plaisantant évidemment -- ]]]


toutefois, je m'interroge sur la notion de "voyage" !

le voyage utilisé comme métaphore (filée) pour parler du temps, de la vie etc... on peut l'inclure dans cette thématique ?

Par Khayan : le 25/05/22 à 22:09:24

Déconnecté

Inscrit le :
01-07-2009
2615 messages

2 remerciements
Dire merci
Le relais de Gérard de Nerval !

En voyage, on s’arrête, on descend de voiture ;
Puis entre deux maisons on passe à l’aventure,
Des chevaux, de la route et des fouets étourdi,
L’oeil fatigué de voir et le corps engourdi.

Et voici tout à coup, silencieuse et verte,
Une vallée humide et de lilas couverte,
Un ruisseau qui murmure entre les peupliers, –
Et la route et le bruit sont bien vite oubliés !

On se couche dans l’herbe et l’on s’écoute vivre,
De l’odeur du foin vert à loisir on s’enivre,
Et sans penser à rien on regarde les cieux…
Hélas ! une voix crie : « En voiture, messieurs ! »

Par Ulika1 : le 25/05/22 à 22:55:00

Déconnecté

Inscrit le :
01-02-2021
788 messages

110 remerciements
Dire merci
L’appel du large

Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme,
Le coeur gros de rancune et de désirs amers,
Et nous allons, suivant le rythme de la lame,
Berçant notre infini sur le fini des mers.

Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent
Pour partir, coeurs légers, semblables aux ballons,
De leur fatalité jamais ils ne s’écartent,
Et sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons !

Amer savoir, celui qu’on tire du voyage !
Le monde, monotone et petit, aujourd’hui,
Hier, demain, toujours, nous fait voir notre image :
Une oasis d’horreur dans un désert d’ennui !


— Charles Baudelaire (1821-1867)
Les Fleurs du Mal

Par K.Zel : le 25/05/22 à 23:56:53

Déconnecté

Inscrit le :
03-06-2005
9572 messages

574 remerciements
Dire merci
C'est super... compliqué comme devoir pour son âge ! J'ai essayé de trouver des trucs pas trop vieux, et aussi compréhensibles pour son âge.

Voyage dans la lune (Jacques Prévert)

Ah ! vous allez là-bas
Oui
Vous savez où c'est?
Non mais je connais
Et vous emmenez tous ces bagages?
Oui
Jamais jamais
Vous entendez
Jamais vous n'arriverez
Là-bas
Avec tout ça

Îles Blaise Cendras

Îles
Îles
Îles où l’on ne prendra jamais terre
Îles où l’on ne descendra jamais
Îles couvertes de végétations
Îles tapies comme des jaguars
Îles muettes
Îles immobiles
Îles inoubliables et sans nom
Je lance mes chaussures par-dessus bord car je voudrais
bien aller jusqu’à vous

Art du voyage (Hermann Hesse) qui est un sonnet

Voyager sans but plaît à la jeunesse,
Mais l’âge en venant m’affadit ce goût
Et je ne pars plus sans savoir pour où,
Sans qu’un but précis, un désir me presse.

Hélas, pour celui qui suit un dessein,
Voyager n’a plus la douceur première
Dont étincelait forêt et rivière
À chaque nouveau détour du chemin.

Pour rendre à l’instant la fraîche innocence
Que n’occulte plus quelque astre rêvé,
Voyager doit être un art retrouvé

Du vaste univers partager la danse
Et vers un lointain longtemps cultivé,
Même sans bouger, rester en partance.

Voyage en Grèce (Pierre Reverdy)

J’aurai filé tous les nœuds de mon destin d’un trait, sans une escale : le cœur rempli de récits de voyages, le pied toujours posé sur le tremplin flexible des passerelles du départ et l’esprit trop prudent surveillant sans cesse les écueils.
Prisonnier entre les arêtes précises du paysage et les anneaux des jours, rivé à la même chaîne de rochers, tendue pour maîtriser les frénésies subites de la mer, j’aurai suivi, dans le bouillonnement furieux de leur sillage, tous les bateaux chargés qui sont partis sans moi. Hostile au mouvement qui va en sens inverse de la terre et, insensiblement, nous écarte du bord : regardant, le dos tourné à tous ces fronts murés, à ces yeux sans éclat, à ces lèvres cicatrisées et sans murmures, par-dessus les aiguilles enchevêtrées du port qui, les jours de grand vent, du fil de l’horizon tissent la voile des nuages. En attendant un autre tour. En attendant que se décident les amarres ; quand la raison ne tient plus à la rime : quand le sort est remis au seul gré du hasard jusqu’au jour où j’aurais pu enfin prendre le large sur un de ces navires de couleur, sans équipage, qui vont en louvoyant mordre de phare en phare comme des poissons attirés par la mouche mordorée du pêcheur. Courir sous la nuit aimantée sans une étoile, dans le gémissement du vent et le halètement harassé de la meute des vagues pour, lorsqu’émerge enfin des profondeurs de l’horizon sévère le fronton limpide du matin, aborder, au signal du levant, l’éclatant rivage de la Grèce — dans l’élan sans heurt des flots dociles, frémissant parmi les doigts de cette large main posée en souveraine sur la mer.




Par beeboylee : le 26/05/22 à 07:38:46

Déconnecté

Inscrit le :
08-05-2004
64452 messages

1039 remerciements
Dire merci
Tt le monde t'a bien aidé.
Mais , vache, je file une recherche pareille à mes 5 eme, ils s autosuicident comme vient de me le dire un gamin
Le côté stagiaire hors sol doit expliquer cela.


Par mandine25 : le 26/05/22 à 09:13:36

Déconnecté

Inscrit le :
30-04-2012
1249 messages

101 remerciements
Dire merci
Bof ça reste juste une recherche sur internet (pour ce qui est d'en écrire un c'est autre chose !!) Mais la recherche ne me paraît pas démesurée perso par contre ça prend du temps faut pas le proposer du jour pour le lendemain.
Les idées proposées sont bonnes.

Par Cha1 : le 26/05/22 à 09:53:22

Déconnecté

Inscrit le :
05-10-2004
2223 messages

96 remerciements
Dire merci
Chercher des poèmes sur internet, c’est facile. Trouver quelque chose de pertinent sans se perdre dans les milliers de pages de réponses est beaucoup plus difficile surtout quand on a 12 ans.

Par leeloye1000 : le 26/05/22 à 10:12:51

Déconnecté

Inscrit le :
04-03-2018
2363 messages

272 remerciements
Dire merci
beeboylee déjà qu'on a eu le droit il y a quelques temps au "carnet de voyage"...
avec un style explorateur du XVIème.. mais là où ça se gâtait, c'est qu'il fallait que ce soit "réaliste" avec des lieux réels, des "découvertes" plausibles, illustrations etc etc...
déjà, là, je m'étais étranglée en lisant toutes les exigences ...
cela nous a pris bcp bcp de temps ! je pensais que c'était le GROS truc pour l'année...
et là, rebelotte !
pourtant, je pensais qu'elle se serait rendue compte que c'était visé bien haut...car bcp n'ont pas rendu le fameux "carnet"... du coup, elle a laissé à ces élèves 1h de cours pour "rendre qque chose"... au final, ce qu'ils ont rendu étaient très très éloigné de ce qui était évidemment attendu (ma fille m'a dit que certains avaient même pas écrit deux lignes sur la feuille blanche), mais elle leur a mis quand même minimum 8 ...
mais du coup, cela a été aussi vécu très injustement, car certains se sont dépatouillés comme ils pouvaient chez eux, et ont eu entre 10 et 15...
tous ceux qui ont eu plus de 15, ont été aidés bien évidemment !
Comment un gamin "normal" de 12 ans, peut il réussir à écrire un journal de bord d'explorateur cohérent... en français déjà... mais aussi d'un point de vue historique ...

enfin bref !
mais bon, tout est comme ça !
même ses leçons, l'autre fois, elle a eu les CC à faire... bon c'est simple ... mais cela n'a jamais été simple avec leur prof, qui lui a mis tous les CC qui existent !
quand même j'ai poussé ma fille à demander lesquels devaient vraiment être "connus", parce que si on se fie au manuel, la liste était divisé par 4 ! du coup, elle a fait une sélection et en a laissé plus que la moitié !

mais bon, je pense quand même qu'elle va "apprendre" et revoir sa copie au fil du temps ! !


mandine25 non vraiment... chercher c'est loin d'être évident, chercher c'est une chose, faire le tri des infos, savoir sélectionner etc etc... c'est bcp plus difficile, et c'est bien ce qu'on leur demande !

Par dejavu : le 26/05/22 à 10:24:27

Déconnecté

Inscrit le :
04-08-2009
12347 messages

1070 remerciements
Dire merci
Bizarre que ce soit si compliqué surtout pour des enfants qui en général savent très bien comment chercher ce qui les intéresse sur le net.

J'ai tapé sonnet voyage, poème voyage, vers libres voyage et tout de suite eu des propositions assez simples... Bien sûr cela oblige un peu à lire pour voir ce qui plaît, mais c'est sympa comme devoir à faire à la maison...

Pour ne pas se perdre, elle peut ajouter un terme supplémentaire qui donnera une teinte plus perso aux résultats proposés.
Du style: voyage mer, voyage air, voyage étranger etc.

Par dilou : le 26/05/22 à 10:42:02

Déconnecté

Inscrit le :
01-01-2004
36585 messages

672 remerciements
Dire merci
Je suis assez d'accord avec dejavu Il faut sans doute aider au départ pour taper les bons mots-clés, mais ensuite, en lisant même seulement les premiers vers, l'élève se rend compte si ça lui parle ou pas.
Ca me semble bien moins ardu que le carnet de voyageur !

Par dejavu : le 26/05/22 à 11:24:01

Déconnecté

Inscrit le :
04-08-2009
12347 messages

1070 remerciements
Dire merci
Comment un gamin "normal" de 12 ans, peut il réussir à écrire un journal de bord d'explorateur cohérent... en français déjà... mais aussi d'un point de vue historique ...

En faisant preuve d'imagination!
Je la trouve très chouette cette prof.
Je pense que tout ce que tu vois comme "exigences" est plutôt là pour orienter les recherches. Je suppose qu'en classe ils ont abordé le thème du voyage, des découvertes etc...

Par Ulika1 : le 26/05/22 à 12:02:30

Déconnecté

Inscrit le :
01-02-2021
788 messages

110 remerciements
Dire merci
D'un point de vue personnel ,j'ai fais lire la demande à mes "grands" ils trouvent l'idée sympa ;sauf si il y avait 15 jours pour le faire

Par mandine25 : le 26/05/22 à 12:42:18

Déconnecté

Inscrit le :
30-04-2012
1249 messages

101 remerciements
Dire merci
Je fais faire un carnet de voyage chaque année à mes 5emes et ils me rendent des trucs de fous !! Il ne faut pas les sous-estimer !
Et je me répète mais le recueil de poèmes je pique l'idée c'est super chouette comme idée et hormis la rédaction d'un poème ce nest que de la recherche c'est pas la mort et justement ça leur apprend à chercher correctement sur internet.

Par swann : le 26/05/22 à 15:30:03

Déconnecté

Inscrit le :
19-10-2011
18078 messages

774 remerciements
Dire merci
A voir aussi: ça n'a que l'intérêt ( limité?) de la compilation

L'élève peut recopier les poèmes sans les comprendre, pourvu qu'il y ait le mot ''voyage'' dedans

Que des critères formels ( sonnet, vers libres, etc), ce qui ne parle guère à un élève, mais pourquoi pas, ça l'oblige à faire attention à la forme

Mais je vois qu'il faut ''argumenter''...son choix...? C'est ça que je trouve le plus difficile du coup, car un môme il dit : c'est beau, ça me plait...

Sinon...?

Mais l'idée d'une mini anthologie est interessante, mais je ferais autrement, autour de textes vus en classe, avec illustrations personnelles, ce genre de choses




Par dejavu : le 26/05/22 à 16:53:25

Déconnecté

Inscrit le :
04-08-2009
12347 messages

1070 remerciements
Dire merci
C'est sûr qu'argumenter c'est le plus difficile... À chaque fois que j'empruntais un livre à la bibliothèque de l'école il fallait faire une fiche et expliquer pourquoi on avait aimé ou non et j'avais du mal à aller plus loin que : c'est le genre d'histoire que j'aime...
Mais c'est justement un bon sujet de discussion et un point à développer par le prof pendant le cours. Qu'est-ce qui nous plaît et nous attire ou non dans un poème?

Par leeloye1000 : le 26/05/22 à 17:57:40

Déconnecté

Inscrit le :
04-03-2018
2363 messages

272 remerciements
Dire merci
bah moi je ne vous rejoins pas du tout dejavu et mandine25
et je suis plutôt du même avis que swann
bien sûr, ils peuvent taper les mots clés... tomber sur des poèmes, les recopier et basta... mais déjà ils doivent argumenter leur choix ... c'est loin d'être évident !
et s'il n'y avait pas ce côté argumentation, on en revient à de bien (bêtes) copier/coller ... aucun intérêt !

quant au carnet de voyage mandine25 , eh bien soit tu enseignes dans un milieu hyper "favorisé", soit je ne sais pas...
car franchement, non il ne suffit pas d'être curieux, il y a toute une organisation qui n'est pas simple, ne serait ce que vois tu la cohérence des dates dans le récit... tu peux pas être en France, et le lendemain en Afrique du sud + comment savoir, ce qui existait ou pas à telle époque ?? (j'aurais trouvé plus facile de leur laisser la possibilité de faire un voyage dans des contrées imaginaires, tout en leur demandant un coté réaliste, chose qu'elle a refusée)
bref, non, c'est très compliqué de rendre ce type d'exercices en "3 semaines" (même avec deux semaines de vacances inclus!)
en 5ème, tu accompagnes dans ce cas la trame, le contexte historique etc...
bien sûr que dans le cours, au niveau du cours, ils avaient vu certes quelques petites textes, mais vraiment pas grand chose (d'ailleurs je pense que ce carnet était justement là, comme le "gros" projet parce que le cours il n'y avait pas grand chose, car c'est exactement la même chose pour le recueil, ils n'ont quasiment rien fait sur la poésie (2 cours) et elle balance ce devoir, alors que les autres cours ont été travaillés de long en large, avec bcp bcp de précisions et il n'y a pas eu de grosse demande par contre!)

et pour revenir au recueil, bien sûr que l'idée est chouette, mais il y avait à mon avis, des demandes bien plus accessibles (elle le prépare déjà un corpus de docs, ne pas imposer plusieurs critères : le voyage ça suffit ou bien uniquement une recherche sur la forme etc...)

et pour Bizarre que ce soit si compliqué surtout pour des enfants qui en général savent très bien comment chercher ce qui les intéresse sur le net.
bah écoute, mes enfants en tout cas, n'ont que très peu accès à internet... donc tu vois, ce sont de très bons élèves, mais ils ne maîtrisent pas cet outils...
et même en temps qu'adulte je vais te dire, chercher une information, c'est "relativement" simple ... chercher sur un thème large, tu t'y perds bcp plus... chercher des poèmes, on y pense pas forcément sur le coup, mais clairement, je plains déjà tous les gamins qui vont n'avoir sur leur téléphone portable pour rechercher... c'est pas du tout agréable ce type de lecture sur écran, alors sur un mini écran...
et ensuite, je ne pense pas être le seule coin de France, où les gamins "recherchent, puis copient bêtement ce qu'ils trouvent..."

et je l'ai déjà dit, mais vraiment la lecture de poèmes n'est quand même pas aisé au niveau de la compréhension ... donc on retombe sur le "recopier bêtement", ou "n'y prendre aucun plaisir"... car si on est bien sur de la "sélection" c'est qu'il faut du choix... si tu en choisis 6, c'est que tu en lis bcp plus (alors on est ok, des fois dès les premières phrases ça ne le fait pas... mais 10 fois les premières phrases...)


après, clairement, cette prof est de très bonne volonté, très investie... il n'y a aucun débat là dessus !
mais entre ses projections et la réalité, il y a un monde !

et c'est sans compter, qu'il n'y a pas que le français... et pas que le collège dans la vie des gamins !

Par Ulika1 : le 26/05/22 à 18:34:05

Déconnecté

Inscrit le :
01-02-2021
788 messages

110 remerciements
Dire merci
non mais ton souci c'est pas tellement le sujet je pense ,c'est que ça ne parle /n'intéresse pas ta fille parce que mon fils ,alors certes il a 1 an de plus mais il vient de se pencher sur le sujet ..en 1 heure il a sélectionné 3 textes ,alors je te concède que l'argumentation était brève ,par ex pour 1 il m'a dit qu'il l'avait choisi ,car il était court ,chantant et façile à se souvenir ,le 2 parce qu'il parlait des montagnes et du bon air qu'il y a là bas
Elle demande une grosse argumentation la prof ?
Si elle bloque sur la lecture même ,à la limite tant qu'à l'aider ,l'aiguiller vers des textes courts et plus contemporains ?

Par dilou : le 26/05/22 à 19:06:22

Déconnecté

Inscrit le :
01-01-2004
36585 messages

672 remerciements
Dire merci1
Je trouve que justement, s'ils doivent choisir un poème en cherchant sur Inteent, ils sont déjà sur le chemin de l'argumentation : comme le fils d'ulika , ils vont expliquer pourquoi ce poème là les a accrochés plus qu'un autre :
S'ils ne savent pas chercher sur Internet, c'est embêtant car en 5° ça fait quand même partie des compétences à acquérir, en étant guidés, bien sûr .
Tu peux lui mettre entre les mains un recueil à l'ancienne, avec des pages en papier ! Les anthologies de la poésie, ça existe. Parfois même les poèmes sont classés par thème et celui du voyage y figure toujours !

Par swann : le 26/05/22 à 19:11:46

Déconnecté

Inscrit le :
19-10-2011
18078 messages

774 remerciements
Dire merci
C'est une jeune prof, elle en rabattra, lol
En attendant, pas de panique

J'engagnerais ta fille à choisir des textes COURTS car sinon, elle va se perdre, et la prof aussi
Deux ou trois phrases de commentaires et basta

Elle a demandé d'illustrer?

Par mandine25 : le 26/05/22 à 20:08:05

Déconnecté

Inscrit le :
30-04-2012
1249 messages

101 remerciements
Dire merci
Comme Ulika je pense que ça ne parle ni à toi ni à ta fille mais je ne vois pas où est la grosse difficulté sincèrement (et non je n'enseigne pas en milieu favorisé mais en REP) seule différence avant de donner mon carnet de voyage mon cours est très documenté les textes variés et fournis.
Mais chercher 6 poèmes d'un thème précis sur internet non je ne vois tjs pas où est le problème et l'argumentation je ne pense pas quelle attende 3pages mais comme Ulika la justification de leur choix, exprimer leur ressenti..je trouve ce devoir très bien, vraiment.

Page : 1 | 2
· Page suivante


Pour préserver la qualité de ce forum, vous devez être membre pour participer à cette discussion..
Il y a actuellement (67 224) membres dans la communauté.
Devenez membre | Connectez vous
Il y a 1 utilisateurs sur cette page : et 1 invité(s)

Les dernières annonces

a donner hongre
donation Très
a donner Pure
donne jument LUS
HONGRE DE 8 ANS
A donner cheval