Forum cheval
Le Forum Cheval

Question a 2 francs homéo

Sujet commencé par : takhan - Il y a 44 réponses à ce sujet, dernière réponse par Ponyexpress
Par takhan : le 22/05/20 à 16:06:24

Déconnecté

Inscrit le :
26-08-2013
533 messages

24 remerciements
Dire merci
bon j'ai un wagon de poudres de perlimpinpin a administrer a mes chevaux pour des problématiques diverses et variées.
Bref, l'un a un programme naturopathie sur 3 mois qui inclus l'administration d'homéopathie 2 fois par jour.
Bon avant je lui mettais dans la lèvre inférieure mais maintenant que j'ai repris le boulot c'est un peu plus chaud le matin donc je prépare les seaux et je mets dedans les granules. D'autant plus que parfois j'ai une 15 aine de granules a donner donc dans la lèvre c'est fastidieux.
Je me posais la question de savoir si ce mode d'administration est utile (si tant est que l'homéo est utile mais c'est un autre débat ) vu que le cheval ne suce pas les granules mais les ingère directement.

A vous les studios….

Messages 1 à 40, Page : 1 | 2

Par veronik : le 22/05/20 à 16:48:36

Déconnecté

Inscrit le :
22-11-2007
9660 messages

181 remerciements
Dire merci
Si ca se donne en per lingual, il y a une raison. Vraisemblablement que la mémoire de l'eau ne supporte pas le système digestif.
Une quinzaine de granules, si tu les mets dans un petit tube, tu les verses ensemble derrière la lèvre, et c'est donc facile et rapide.L'


Message édité le 22/05/20 à 16:49

Par takhan : le 22/05/20 à 16:53:29

Déconnecté

Inscrit le :
26-08-2013
533 messages

24 remerciements
Dire merci
bon… merci de ta réponse… je m'en doutais…
c'est vrai que c'est pas si long a faire hein mais le matin entre sortir tout le monde, ouvrir les paddocks, les poulaillers, les toutous, les gosses and co j'avoue que ça m'arrangeait de tout mettre dans le seau…

Par dejavu : le 22/05/20 à 17:20:14

Déconnecté

Inscrit le :
04-08-2009
9933 messages

636 remerciements
Dire merci
Il vaut mieux donner en dehors des repas et ne pas mélanger avec la nourriture.

Par Zura : le 22/05/20 à 19:13:35

Déconnecté

Inscrit le :
18-04-2012
203 messages

9 remerciements
Dire merci
Le mieux c’est de faire comme les bébés, tu fais fondre les granules dans un fond d’eau et tu donnes le tout fondu à la piquette. C’est sucré donc généralement pas de souci.
Et il y a moins de perte qu’en les mettant dans la lèvre.

Par pascaline33 : le 23/05/20 à 11:10:17

Déconnecté

Inscrit le :
29-11-2009
2472 messages

62 remerciements
Dire merci
Je fais fondre fondre mes granules dans un gobelet d'eau, la veille au soir(quand j'en ai à donner) et je les mets dans la ration le matin car en les mettant tellle quelle dans la ration, mon cheval en perdait souvent, j'en retrouvait sur le sol...

Par Ulika : le 23/05/20 à 11:12:44

Déconnecté

Inscrit le :
01-10-2017
1697 messages

172 remerciements
Dire merci
Pas mieux que les autres ,on ne donne pas avec de la nourriture, dilué dans le l'eau ,une pipette et zhou

Par cicitt : le 23/05/20 à 12:00:16

Déconnecté

Inscrit le :
24-04-2007
15520 messages

342 remerciements
Dire merci
J'allais dire pareil avec la pipette!

Par cicitt : le 23/05/20 à 12:01:38

Déconnecté

Inscrit le :
24-04-2007
15520 messages

342 remerciements
Dire merci
Un chouette reportage sur l'homéo et notamment son utilisation avec les animaux


Par dejavu : le 23/05/20 à 13:35:53

Déconnecté

Inscrit le :
04-08-2009
9933 messages

636 remerciements
Dire merci
Super film cicitt . Je viens de finir de le regarder. Il est trés bien fait.

Je me demande toujours pourquoi l'homéo suscite hostilité et sarcasmes plutôt que de la réflexion.

Par Ponyexpress : le 25/05/20 à 08:52:06

Déconnecté

Inscrit le :
12-10-2008
270 messages

16 remerciements
Dire merci
Aux vaches, on mettait les granules dans le vagin;

Après, pour avoir fait mon mémoire de fin d'études d'ingénieur sur les médecines complémentaires dont l'homéopathie en élevage bovin, les questions liées à l'homéopathie restent beaucoup sans réponses. Il y a déjà 2 écoles de pensée en homéopathie, ce qui ne simplifie pas les choses et pour avoir étudié la bibliographie scientifique sur le sujet, les études sont très bancales. Quant aux pratiques des éleveurs, ça reste chacun sa petite soupe en disant "ça marche" ou "ça ne marche pas". Donc, la réflexion impartiale est compliquée.

Si ça vous intéresse, je pourrais vous présenter plus en détails mon étude, la biblio et mes conclusions

Par lapatateuh : le 25/05/20 à 09:08:36

Déconnecté

Inscrit le :
10-03-2005
40312 messages

405 remerciements
Dire merci
oui dans la pipette avec peu d’eau tiède.

Mnt quant à l’utilisation de l’homéopathie sur l’animal en prônant que ça fonctionne car l’effet placébo n’est pas possible sur celui-ci , ok! Mais on oublie l’effet placebo sur son propriétaire ! Et ça... ça change tout !

Par cicitt : le 25/05/20 à 09:31:36

Déconnecté

Inscrit le :
24-04-2007
15520 messages

342 remerciements
Dire merci
Avec plaisir @ponyexpress !

Je n’arrive toujours pas à savoir si c’est plus que l’effet placebo, l’homéopathie. Je viens de tester sur moi 5 mois et je ne sais pas dire.

dejavu quelques explications ici:
Lien

Par dejavu : le 25/05/20 à 21:26:31

Déconnecté

Inscrit le :
04-08-2009
9933 messages

636 remerciements
Dire merci
Bien sûr qu'il y a un effet placebo chez le proprio... mais alors ça guérit l'animal comment? Par transmission de pensée?
C'est ce qui me fait toujours rigoler chez les détracteurs de l'homéo, ils mettent tout sur l'effet placebo, mais comment explique-t-on l'effet placebo? On le constate, oui, mais le fonctionnement?

Par lapatateuh : le 25/05/20 à 21:30:03

Déconnecté

Inscrit le :
10-03-2005
40312 messages

405 remerciements
Dire merci
Dou je suis détracteur de l’homéopathie dejavu ? Comment peux-tu connaître mon point de vu à ce sujet, vu que je ne le donne pas ?!?


Maintenant, qu’on me donne des cas de maladie quantifiables traitées seulement par homéopathie. Je suis la première à signer .

Par dejavu : le 25/05/20 à 21:39:42

Déconnecté

Inscrit le :
04-08-2009
9933 messages

636 remerciements
Dire merci
cicitt J'avais déjà lu ton blog sur le sujet ;-)

Que l'homéopathie marche ou pas chez toi tient à pas mal de choses. D'abord trouver LE bon remède est assez difficile. Ton homéo est peut-être tombé un peu à côté.
Et puis il y a des médecines alternatives qui conviennent plus ou moins bien en fonction des individus.
Je suis par exemple tout à fait convaincue en ce qui concerne la MTC pour l'avoir étudiée, elle fonctionne. Mais j'y suis bcp trop sensible, il me faut des microdoses donc je préfère éviter ou bien prendre en gouttes plutôt qu'en herbes.

par ailleurs, en homéo la dynamisation est également très importante et tout aussi difficile à bien évaluer... On te donne du 30C ou plutôt des doses en 15 ou 9 D? ou plus encore? (en K)?

Par cicitt : le 27/05/20 à 15:49:31

Déconnecté

Inscrit le :
24-04-2007
15520 messages

342 remerciements
Dire merci
30CH.

Pour la MTC, hormis la phyto bien sûr, j'en finis par me demander à quel point il ne s'agit pas non plus que d'effet placebo ou effet dû au massage comme en shiatsu par ex, mais je ne suis même plus convaincue de l'existence des méridiens, points d'acupuncture, etc.

Et il faut savoir que la MTC est une invention de Mao et qu'elle n'existe pas en Chine.

Encore un sujet sur lequel je n'ai plus trop d'avis même si je pense qu'il est important que des médecins continuent à l'étudier et à l'exercer car elle aide vraiment les patients.

Par Ponyexpress : le 27/05/20 à 16:30:07

Déconnecté

Inscrit le :
12-10-2008
270 messages

16 remerciements
Dire merci
Alors voici les premiers éléments que je vous transmets de mon étude :

Le cadre :
j'étais en stage de fin d'études d'ingénieur en agriculture en spécialité Productions Animales et mon dada c'était les vaches laitières et la santé . Mon mémoire a donc tourné autour de la gestion des troupeaux laitiers dans les élevages bio et conventionnels ainsi que sur la relation éleveur-vétérinaire.

Le protocole :
classique pour un MFE :

étude biblio chapitrée comme suit : les spécificités de la gestion sanitaire en élevage bio (cahier des charges, la prévention, les médecines complémentaires et le contexte pressant de la réduction de l'utilisation des antibiotiques) et la relation éleveur-vétérinaire (formation des vétos sur la bio, les médecines complémentaires, l'éleveur "infirmier de son élevage", le vétérinaire : conseiller ou prescripteur ?)
Je détaillerai plus loin les points essentiels sur l'homéo.

matériel et méthodes : c'est une étude qualitative (donc par définition, pas de stats) : le but étant de recueillir la diversité de points de vue au sein de trois populations : vétérinaires, éleveurs laitiers bio et éleveurs laitiers conventionnels. Un guide d'entretien pour chaque population. 2 types d'analyse des données : analyse thématique (par thème défini par exemple : le recours aux médecines complémentaires : une voie d'avenir ?) et une analyse typologique (j'ai essayé de sortir des profils-types). Je peux détailler la méthodologie davantage si ça vous intéresse.

Par Ponyexpress : le 27/05/20 à 16:45:28

Déconnecté

Inscrit le :
12-10-2008
270 messages

16 remerciements
Dire merci
En bio, le cahier des charges requiert de l'éleveur utilise de préférence les médecines complémentaires. L'utilisation des antibiotiques en préventif est interdit, ils sont autorisés en curatif bien évidemment mais les délais d'attente (délai entre la fin du traitement et le moment où on peut à nouveau commercialiser le lait ou la viande) sont doublés. C'est une grosse perte pour l'éleveur de les utiliser; ça représente une grosse perte de lait et donc de revenu. C'est pourquoi, ils sont nombreux à vouloir utiliser des alternatives dont l'homéopathie.

Le problème ? Les véto ne sont pas formés à l'école sur cette pratique (ni sur les autres d'ailleurs comme la phytothérapie, l'aroma très en vogue actuellement,...). Ils peuvent avoir une sensibilisation (une conférence en soirée) mais c'est tout. Par la suite, il existe des formations pour les vétérinaires (déjà en activité).

Je n'ai pas vu le doc présenté plus haut mais j'imagine qu'il a présenté les trois principes de l'homéopathie. Je vais les rappeler :
- similitude : le médicament proposé doit pouvoir déclencher des symptômes de la maladie chez un sujet sain (nux vomica est un bon exemple du concept)
- infinitésimalité : la substance curative est diluée de manière infinitésimale (à l'infini) afin de guérir et non d'aggraver les symptômes. On peut ajouter la dynamisation. Il faut passer au vortex les préparations pour qu'elles soient efficaces.
- individualité : un traitement homéopathique est spécifique à l'individu : ce qui marche pour l'un ne fonctionnera pas pour l'autre. En élevage, il est spécifié que pour que l'homéo fonctionne, l'éleveur doit bien connaître ses bêtes.

Voilà pour la théorie expliquée en vitesse éclair.
Mais il existe comme je le soulignais, deux écoles de l'homéopathie :
- l'uniciste
- la pluraliste
En gros, la première ne prescrit qu'un seul médicament. La seconde en prescrit plusieurs pour guérir le sujet malade.
Evidemment, il y a une guéguerre dans le milieu pour savoir qui a raison et qui a tord… Pour info, dans mon étude, j'étais encadrée par un véto de l'école uniciste.


Par Uriette : le 27/05/20 à 16:50:37

En ligne

Inscrit le :
23-08-2011
5099 messages

129 remerciements
Dire merci
de ce que j'ai compris on fait fondre les granules sous la langue parce qu'elle sert de surface d'assimilation plus efficace que les muqueuses du systeme digestif (surtout si on a des soucis d'assimilation) en fait comme le spasfon lyoc par exemple.
il me semble que les granules sont recouverts donc le temps passé dans la bouche doit suffire à deposer la substance. si tu melanges a la bouffe par contre elle sera assimilee avec le bol alimentaire donc avec moins d'efficacité.

Par Ponyexpress : le 27/05/20 à 17:00:04

Déconnecté

Inscrit le :
12-10-2008
270 messages

16 remerciements
Dire merci
Dans mon étude, des éleveurs bio et des conventionnels utilisaient couramment l'homéo. En faisant l'inventaire exhaustif de l'utilisation, j'ai trouvé qu'aucun éleveur n'avait les mêmes pratiques : un l'utilisait pour les infections de l'ombilic, un autre quand un veau n'arrivait pas à boire, l'autre un coup de froid. Chez un autre, il donnait en cas d'anoestrus, de problème de délivrance,... Ca laissait beaucoup entendre dans le discours des éleveurs que l'homéo était perçue comme un remède-miracle et "ça marche !". Ce sont aussi ces pratiques anarchiques qui poussent les véto à s'y intéresser. Nous sommes bien d'accord que mon étude n'avait pas pour but de prouver ou non l'efficacité de l'homéo.

Pourtant, ce sujet est maintes fois revenu sur la table. J'en ai passé des heures à lire la biblio scientifique autant française qu'internationale et je n'ai rien trouvé de pertinent quant aux preuves d'efficacité. Première raison que vous trouverez facilement si vous avez compris le principe de l'homéo : il est impossible de faire des tests en double-aveugle car le principe de l'homéo c'est l'individualité. On ne peut donc pas constituer de groupes traités et de groupes témoin sur une maladie. Dommage, car c'est comme ça que sont évalués les médicaments allopathiques avant tout autorisation de mise sur le marché. L'homéo bénéficie de dérogation. Elle n'a pas eu besoin de trouver son efficacité et/ou son innocuité avant d'être commercialisée.

Pour ma population véto, les avis étaient disparates sans être complètement tranchés pour ou contre. Certains étaient convaincus que "ça marche", d'autres pensaient que c'était une croyance, d'autres voudraient des tests en double-aveugle pour preuve, d'autres sont convaincus de l'effet placebo,... Je vais vous citer un véto que j'avais trouvé intéressant : "si on ne peut pas m'expliquer comment ça marche, ce n'est pas grave mais je veux des tests en double-aveugle. Les laboratoires style Boir*** sont suffisamments puissants pour faire des études. Ils doivent en faire mais elles ne doivent pas être publiées car ça ne marche pas"


le doute majeur concernant l'homéopathie demeurait la preuve de son efficacité.

Par goss_de_panloup : le 27/05/20 à 17:02:03

Déconnecté

Inscrit le :
26-04-2010
3068 messages

49 remerciements
Dire merci
J'ai guéri des abcès récurrents uniquement grâce à l'homéopathie.
J'ai eu la chance de tomber sur une personne très calée qui m'a fait des protocoles personnalisés.

Par Ponyexpress : le 27/05/20 à 17:11:09

Déconnecté

Inscrit le :
12-10-2008
270 messages

16 remerciements
Dire merci
Pour finir et enrichir la réflexion, je vais me baser sur un ouvrage que je vous conseille : "Petit cours d'autodéfense intellectuelle" de Normand BAILLARGEON (2007), Lux Editeur, ISBN 978-2-89596-044-7. Un ouvrage dédié à l'exercice de la pensée critique et il propose un modèle pour se faire une idée précise de quelque chose :
1- énoncer la proposition
2- Déterminer ce qui est invoqué pour la soutenir
3- Envisager d'autres hypothèses
4- Tester toutes les hypothèses

1- c'est simple mais pas aussi simple que ça. Il faut bien admettre que parfois les propositions que l'on nous demande d'admettre ne sont ni précises ni claires. Qu'est-ce qui est avancé dans l'homéo ?

2- Quels arguments et quelles données pour soutenir l'homéo ? Ces arguments sont-ils valides ? Fiables ? Crédibles ?

3- il est toujours sage de ne pas sauter trop vite sur des conclusions hâtives

4- tester les hypothèses correctement

Je fais le détail de ces quatre éléments plus tard. Si certains d'entre vous veulent essayer avant que je ne poste.
Je précise que l'auteur du livre donne comme exemple l'homéo, ce ne sont pas mes recherches mais celles de l'auteur du livre.

Par dejavu : le 27/05/20 à 18:08:40

Déconnecté

Inscrit le :
04-08-2009
9933 messages

636 remerciements
Dire merci
Dou je suis détracteur de l’homéopathie dejavu ? Comment peux-tu connaître mon point de vu à ce sujet, vu que je ne le donne pas ?!?

et où ai-je écrit que étais telle lapatateuh . Tu lis un peu trop vite mes remarques aujourd'hui ;-)

Par takhan : le 28/05/20 à 11:18:04

Déconnecté

Inscrit le :
26-08-2013
533 messages

24 remerciements
Dire merci
Pour vous donner un peu de contexte j'ai fait venir une naturopathe pour mon entier de de 4 ans qui présente des gratouilles intermittentes non expliquées pour faire court. Je fais un protocole d'exclusion depuis 2 ans je suis passé par la case biopsie allergie traitement corticoide antibiotique et tout le tintouin puis je me suis tourné vers d'autres médecine telle que la biorésonance et un protocole complet à base de phytothérapie et d'homéopathie que je pourrais donner si ça intéresse. Autant j'ai vu un réel changement en appliquant le protocole phytothérapie autant je ne vois pas vraiment la différence en administrant ou pas l'homéopathie. J'ai suivi pendant 2 mois très précisément le protocole homéopathie et là ça fait un mois honnêtement que j'ai plus ou moins arrêté et je ne vois aucune différence il y avait de toute façon un très gros mieux avec la phytothérapie.

Par cicitt : le 28/05/20 à 11:45:20

Déconnecté

Inscrit le :
24-04-2007
15520 messages

342 remerciements
Dire merci
Intéressant ponyexpress, merci!

takhan j'avoue que je suis assez sceptique sur les naturopathes équins (et humains d'ailleurs), souvent leur formation laisse à désirer. Y a un peu tout et n'importe quoi.

Ton entier se gratte depuis avant que tu ne l'aies?

Par takhan : le 28/05/20 à 13:39:26

Déconnecté

Inscrit le :
26-08-2013
533 messages

24 remerciements
Dire merci
Oui en fait je l'ai acheté à 6 mois donc depuis ce temps-là il est à la maison. L'hiver de ces 2 ans il a commencé à se gratter furieusement y compris la tête. C'est là que j'ai commencé toutes les crèmes du Monde sans aucune amélioration notable. Ensuite j'ai fait faire une biopsie punch pour observer le derme il n'y avait rien non plus, ni bestiole ni champignon ni inflammation.
Ma véto m'a prescrit ensuite une cure de corticoïdes accompagné d'un traitement de fond antibiotique qui n'a strictement rien changé il continuait à se gratter.
Ensuite on a fait un protocole d'exclusion alimentaire sachant qu'il a déjà très très peu de céréales. Rien n'y a changé donc a priori ça ne vient pas de l'alimentation. Avec un corps de ma véto j'ai pris un second avis celle-ci m'a recommandé de le castrer en me disant que ses hormones lui provoquer certainement un excès de sebum qui a engendrait des grattage. La castration ce n'est pas une option. Ensuite de mon propre chef j'ai complimenter en huile de colza et j'ai commencé à voir apparaître une amélioration. Quand j'ai dû partir en vacances en août il y a 2 ans j'ai enlevé la couverture anti dermite et là il ne sait plus gratter du tout alors qu'il faisait 45 degrés parallèlement à ça je lui appliquait de l'huile de coco le soir. À l'automne les grattages sont revenus et c'est là que j'ai appelé une naturopathe qui complète son diagnostic avec un appareil de bioresonnance.
Il est apparu diverses pistes et on a mis en place un protocole. Cmv en fond et ensuite drainage, re ensemencement de la flore intestinale et renforcement immunitaire pour faire court et simple. Jai vu des améliorations trzs notables, d'ailleurs il na plus de couverture depuis des mois et il ne se gratte que très ponctuellement. Il ne se grattait pas frénétiquement toute la journée mais une ou deux fois par contre il se laminait. J'étais moi aussi à la base assez dubitative mais je ne pouvais pas imaginer à 4 ans lui laisser une couverture toute la journée et toute l'année du coup jai essayé ça et franchement c est une réussite.

Par takhan : le 28/05/20 à 13:41:40

Déconnecté

Inscrit le :
26-08-2013
533 messages

24 remerciements
Dire merci
Je suis désolée des horribles fautes d'orthographe mais je dicte avec le téléphone et j'ai franchement la flemme de tout corriger

Par dejavu : le 28/05/20 à 15:28:36

Déconnecté

Inscrit le :
04-08-2009
9933 messages

636 remerciements
Dire merci
Qu'il est beau ton cheval takhan
C'est intéressant ton histoire et le chemin suivi.
On lit souvent que telle ou telle approche alternative n'a pas marché alors qu'il y a bcp d'approches classiques qui ne marchent pas non plus.

Ici tu as pensé à l'alimentation, ce qui était ma foi juste à la base mais mal appliqué la première fois. C'était au système digestif qu'il fallait s'attaquer.

Par Ponyexpress : le 28/05/20 à 15:57:43

Déconnecté

Inscrit le :
12-10-2008
270 messages

16 remerciements
Dire merci
alors, je reprends mon long blabla
Je vais détailler les 4 points que j'ai énoncés plus haut en ce qui concerne l'homéopathie.

1/ Bon la définition de l'homéo, je l'ai donnée plus haut. Pas besoin d'y revenir. Elle est (j'espère) claire, précise.

Je vais juste rappeler comment est préparé un médicament homéopathique : on prend une part de la substance active souhaitée (qui provient d'un végétal, d'un animal ou d'un minéral, il y a de tout) que l'on dilue dans 10 parts d'eau et on dynamise le mélange. Puis, on prélève une part du mélange précédent que l'on dilue dans dix parts d'eau puis on dynamise et ainsi de suite. Certains médicaments ne sont pas dilués dans 10 parts d'eau mais dans 100 parts d'eau mais le mécanisme est le même.

Ainsi, si le mélange a été dilué 30 fois dans 10 parts d'eau (30D), le ratio restant de la substance active est de 1/ 1 000 000... (32 zéros en tout derrière le 1). Si le mélange a été dilué 30 fois dans 100 parts d'eau (30CH), il reste 1/1 (90 zéros) de la substance active de départ. En pratique, on ne retrouve plus de substance de départ dans le mélange ainsi obtenu.

Les homéopathes affirment que le "semblable guérit le semblable" et que plus petite est la dose (donc plus grande est la dilution) plus efficace sera le médicament.

Les homéopathes pour expliquer le "ça marche" parlent de la "mémoire de l'eau", de "force vitale" et "d'harmonie". Pourquoi pas après tout ? Le problème demeure que ces effets invoqués pour justifier l'efficacité ne sont encore une fois pas connus de la science et parfois même jugés impossibles par la biologie et la chimie.

Parmi les autres hypothèses envisagées pour expliquer les bienfaits qui sont rapportés par les utilisateurs de l'homéopathie, bien que dénigré, il y a l'effet placebo qui est particulièrement puissant. Il y a aussi évidemment le fait que bon nombre de maladies soignées par l'homéo (et d'autres techniques d'ailleurs) sont des maladies à résolution souvent spontanée. Il y a pléthore de maladies concernées par ce cas. Dans ce cas, on peut émettre l'hypothèse que l'homéo renforcerait le système immunitaire et permettrait de mieux combattre la maladie ?

Y a-t-il des études sur le sujet ? Oui, il y en a. Mais, elles sont contredites par d'autres… donc pas moyen de conclure franchement et le nombre de fraudes dans les études scientifiques et notamment en médecine est en accroissement depuis quelques décennies, selon des chercheurs de l'université de Montréal. Beaucoup de pressions des laboratoires qui sont de gros financeurs et conclure dans le sens opposé à l'avis du financeur, c'est moyen… Beaucoup de pression pour pousser les chercheurs à publier encore plus (pour justifier les financements et avoir une rémunération) et beaucoup de compétition.

Je finirai par une définition de la science : "mode de connaissance visant l'objectivité qu'elle cherche à atteindre par divers moyens. La science est toutefois une entreprise humaine et faillible. Même si certaines propositions scientifiques nous semblent en pratique et pour d'excellentes raisons des certitudes, toutes les propositions scientifiques sont en droit révisables. Autrement dit, la vérité scientifique est faillible, parce qu'il n'y a pas en science, comme en religion ou en pseudo-science, de certitudes absolues." (toujours tirée du livre Petit cours d'autodéfense intellectuelle de Baillargeon cité plus haut).

Par Ponyexpress : le 28/05/20 à 16:11:07

Déconnecté

Inscrit le :
12-10-2008
270 messages

16 remerciements
Dire merci
Et pour enrichir la pensée critique, connaissez-vous le rasoir d'Ockham ?
Pluralitas numquam est ponenda sine neccesitate. En bon français : "la pluralité ne doit pas être postulée sans nécessité" autrement dit, il est recommandé de rechercher l'explication la plus simple avant d'aller chercher des concepts inconnus. Evidemment, ce rasoir à ses limites (c'est le principe d'une méthode après tout) mais il est intéressant.
Pour l'homéo, pourquoi aller chercher des concepts inconnus comme la mémoire de l'eau avant de s'intéresser à l'effet placebo ?
Je pose des questions, je n'émets (j'espère) aucun jugement. J'essaie d'apporter des pistes de réflexion.


Par Ponyexpress : le 28/05/20 à 16:30:48

Déconnecté

Inscrit le :
12-10-2008
270 messages

16 remerciements
Dire merci
Je vais maintenant reparler de sciences avec la distinction entre pseudo-sciences, proto-sciences et science (Bunge M in Finding philosophy in social science)
- science : réelle, très solide et crédible
- proto-science : des sciences en phase de devenir de la science (car la science n'est pas figée et on en apprend tous les jours)
- pseudo-science : réellement et irrémédiablement bidon

Voici d'après cet auteur les caractéristiques d'une pseudo-science :
- composée par une pseudo-communauté de chercheurs, laquelle est un groupe de croyants plutôt qu'une association de chercheurs créatifs et critiques

- le domaine de recherche comporte des entités, des propriétés ou des évènements irréels ou non démonstrativement réels. Il admet des possibilités cognitives paranormales avec une production arbitraire de données et un blocage de la recherche libre de la vérité pour protéger le dogme

- son arrière-plan disciplinaire n'apprend rien de la science et en retour elle n'apporte rien ou très peu à la science

- son capital de savoir contient bon nombre de conjectures fausses ou invérifiables, en opposition avec des hypothèses scientifiques bien confirmées mais ne propose aucune hypothèse scientifique bien confirmée

- Pas de découverte de lois et de leur utilisation pour décrire des faits

- Procédures qui ne peuvent être contre-vérifiées ou non défendables par des théories scientifiques établies. La critique et les tests empiriques ne sont pas les bienvenus

-Finalement, une pseudo-science est généralement stagnante et ne change que par des querelles internes ou des pressions extérieures plutôt qu'à la suite de recherche scientifique. En somme, elle est isolée et fermée par elle-même sur la tradition.

C'est assez amusant et parfois destabilisant d'examiner des "croyances" (bien avec guillemets) avec cet outil… Astrologie, graphologie, communication animale, homéopathie…

Par Ponyexpress : le 28/05/20 à 16:37:11

Déconnecté

Inscrit le :
12-10-2008
270 messages

16 remerciements
Dire merci
Pour la phytothérapie, il n'y a rien de surprenant à ce que "ça marche", après tout, beaucoup de nos médicaments actuels sont basés sur la phytothérapie (se soigner par les plantes). Une plante soigne quelque chose ? La science s'y est intéressée et a extrait la molécule dite d'intérêt. Cette molécule a été produite en grande quantité, soit par la culture de plantes, soit par la synthèse chimique.
C'est le principe de l'aspirine qui vient de l'écorce de saule.

Uriette : je suis intéressée pour savoir le processus d'assimilation dans la cavité buccale. Dans mes souvenirs, nous avions de l'amylase, un peu de lipase et de protéases dans la salive certes mais je ne me souvient pas qu'il y avait de l'absorption de nutriments dans la bouche ?

Par dejavu : le 28/05/20 à 16:39:01

Déconnecté

Inscrit le :
04-08-2009
9933 messages

636 remerciements
Dire merci
J'aime beaucoup l'approche ponyexpress

Par Ponyexpress : le 28/05/20 à 16:46:24

Déconnecté

Inscrit le :
12-10-2008
270 messages

16 remerciements
Dire merci
Pour l'exemple de la naturopathe et du traitement prescrit, finalement ce n'est qu'un ré-équilibrage de ration en s'assurant qu'elle puisse être bien assimilée non ? Un CMV adapté (en avait-il avant ? Quelles sont les différences entre eux ?) et un ré-ensemencement du caecum, logique chez le cheval vu que c'est lui qui fait tout le boulot de digestion. Assez logique de commencer par là finalement. C'est parfois le problème des vétos (ce que j'ai montré dans mon étude d'ailleurs), l'imaginaire de la piqûre est fort (chez le praticien comme chez le propriétaire) et les notions de prévention (alimentation pointue notamment) ne sont pas assez connues ou exploitées.
Je parle peut-être trop ?

Par takhan : le 28/05/20 à 17:16:32

Déconnecté

Inscrit le :
26-08-2013
533 messages

24 remerciements
Dire merci
@ponyexpress la naturopathe n'a pas que travailler sur le système digestif mais aussi sur l'immunité en général et en drainage en premier lieu. Le cheval était nourri à raison de 5 kg de foin de Crau ici je ne trouve que de ça puisque j'habite en plaine de la Crau ainsi que 2 L de DYNAVENA élevage jusqu'à ses 3 ans et ensuite je suis passé ofib remix de chez equifirst. À noter que le cheval est à l'herbe toute la journée. Il avait eu un calcul de ration et des correcteurs pour le rapport phosphocalcique donc a priori il avait un bol alimentaire convenable point toutefois il manquait des nutriments tel que sélénium et d'autres dont j'ai oublié le nom c'est ce qu'a mis en exergue les analyses. Je suis assez d'accord avec toi sur le fait que la véto a eu une approche de base notamment avec l'administration d'un traitement cortico et antibiotique car pour elle les analyses de dosage en nutriments ne sont pas forcément juste et il n'y a pas assez d'études qui peuvent corréler un manque de nutriments avec des symptômes dermato. C'est en voyant la nonne efficacité du traitement du veto que je me suis orienté vers une autre approche. Après il faut dire que la mise en place de ce type de traitement est long il faut tomber sur une personne qualifiée ce qui n'est pas toujours le cas au regard des formations courtes évoquées plus haut. Je ne dénigre pas ma veto car elle s'est montrée très open et très intéressée par ma démarche . j'ai oublié de dire qu un traitement à base d anti histaminique avait été aussi essayé sans grand résultat. Bref dans mon cas j'ai refusé de croire qu'il s'agissait d'une bête dermite et j'ai surtout refusé de me cantonner à une couverture que je trouve pour ma part très handicapante pour le cheval notamment dans ma région quand on frôle des 46 degrés en plein été. Le problème quand on parle de dermite c'est que tout le monde veut avoir un traitement Magic qui règle le problème en trois jours. Bien sûr j'ai essayé les applications d'une de cade de derfen et de plein d'autres crèmes à part vider mon porte-monnaie cela n'a pas fait grand-chose. Il est vrai que l'huile sèche de cavasso a largement contribué pendant une certaine période à garder la peau hydratée donc forcément je pense que le cheval était soulagé mais le dosage était là aussi difficile car trop d'huile il desquamer et trop peu ça ne servait à rien. Aujourd'hui je jongle au jour le jour parfois je lui applique de l'huile de coco le soir quand j'observe des facteurs environnementaux qui génère des démangeaisons mais c'est purement empirique. L'avantage de les avoir à la maison c'est de pouvoir les observer et de pouvoir ajuster les traitements. En tout cas je suis ravi ravie d'avoir un cheval sans couverture avec des crins et apaisé psychologiquement

Par Uriette : le 29/05/20 à 16:33:26

En ligne

Inscrit le :
23-08-2011
5099 messages

129 remerciements
Dire merci
ponyespress, aucune idee, c'est le principe du comprimé orodispersible. c'est d'ailleurs pareil avec les muqueuses du vagin des vaches si on y reflechit. mais alors par quels processus...

Par pascaline33 : le 30/05/20 à 08:46:07

Déconnecté

Inscrit le :
29-11-2009
2472 messages

62 remerciements
Dire merci
Oui, l'homéo est trèèèès longue à avoir ses premiers effets(environ un mois) et elle ne fonctionne pas sur tous les chevaux, c'est d'ailleurs pour ça que je préfère la phytothérapie qui agit bcp plus rapidement.

Par cicitt : le 30/05/20 à 10:30:23

Déconnecté

Inscrit le :
24-04-2007
15520 messages

342 remerciements
Dire merci
Merci de toutes ces infos Ponyexpress

Par takhan : le 30/05/20 à 14:03:16

Déconnecté

Inscrit le :
26-08-2013
533 messages

24 remerciements
Dire merci
Mais justement qu'est ce qui fait que ça marche sur certains sujets ou pas ? Pour moi ça marche ou ça marche pas.

Par Ponyexpress : le 30/05/20 à 15:20:49

Déconnecté

Inscrit le :
12-10-2008
270 messages

16 remerciements
Dire merci
Ca c'est également une super question à 2 francs

Les convaincus de l'homéo vont souvent répondre par le principe d'individualité : le "traitement de fond" qui traitera le sujet n'a pas été trouvé. Il faut refaire une consultation homéo pour trouver/préciser le bon médicament. Il peut y avoir un oubli de la part du patient (médecine humaine) ou du proprio du patient (médecine vétérinaire) une omission d'une précision importante qui permettrait de donner tel médicament plutôt qu'un autre (exemples appliqués aux chevaux : jument ayant des chaleurs silencieuses, cheval très dominant, cheval ayant été un poulain orphelin etc etc)

Les anti-homéo vont répondre que c'est tout bonnement de l'arnaque sans plus de justification sauf à la rigueur l'effet placebo.

Ceux qui aiment réfléchir et cogiter en exerçant leur pensée critique vont se poser et reprendre patiemment toutes les pièces du puzzle en appliquant le rasoir d'Ockham et les autres moyens du genre sans se laisser dérouter par les témoignages glanés à gauche à droite disant "ça marche" ou "ça marche pas" que ne sont absolument pas des moyens fiables pour analyser quoi que ce soit.

L'expérience personnelle n'étant par définition jamais objective. Je précise que je ne remets absolument pas en question la parole des uns et des autres; je précise qu'elle n'est pas suffisante pour se faire une idée précise et complète de quelque chose. Le cerveau peut être trompé, nous connaissons tous les hallucinations auditives, dessins de spirales qui tournent, la dissonance cognitive,...

Page : 1 | 2
· Page suivante


Pour préserver la qualité de ce forum, vous devez être membre pour participer à cette discussion..
Il y a actuellement (65 123) membres dans la communauté.
Devenez membre | Connectez vous
Il y a 1 utilisateurs sur cette page : et 1 invité(s)

Les dernières annonces

a donner hongre
donation Très
a donner Pure
donne jument LUS
HONGRE DE 8 ANS
A donner cheval