Forum cheval
Le forum compétition

Mise à l'obstacle

Sujet commencé par : ex_micio - Il y a 53 réponses à ce sujet, dernière réponse par ex_micio
2 personnes suivent ce sujet.
Par ex_micio : le 05/07/10 à 21:27:55

Déconnecté

J'ai entrepris il y a à peine 3 semaines de mettre à l'obstacle un cheval de 8 ans qui n'a jusqu'alors que très peu travailler.

J'ai toujours l'habitude de travailler dans le calme et ce d'autant plus lors qu'il s'agit d'aborder des nouveauté cela aide grandement à la compréhension et assimilation ce qui au final nous fait gagner beaucoup de temps et surtout de confiance.

Outre le travail dit sur le plat : transitions, variations d'allure, flexions latérales, cessions de mâchoire/nuque, cercles, 2 pistes, reculer, etc..
Nous avons donc commencer à passer quelques barres au sol au pas en laissant le cheval regarder et passer comme il voulait puis la chose devenue banale nous avons passer ces mêmes barres toujours au pas mais en demandant au cheval de conserver son encolure soutenue (attention on ne tient pas c'est le cheval qui doit se tenir tout seul). Puis même chose au petit trot.
Nous avons monté les barre à 20cm puis 40cm en procèdent comme ci-dessus ; alors bien sûr à ces hauteurs là le cheval au pas ou au trot ne doit pas sauter mais passer dans la foulée sans modifier aucunement ni son allure ni son attitude.
Cette étape bien assimilé nous avons commencer de petits sauts sur 50cm puis 60cm au petit trot en interdisant toute accélération dans l'abord avec un arrêt reculer dans les 10m suivant l'obstacle toujours dans le plus grand calme.
Aujourd'hui nous en somme à 70 80cm toujours au petit trot ; nous allons plafonner quelque temps à ces hauteur tout en travaillant parallèlement les variations d'allures au galop.

(calme ne veut pas dire mollesse ou manque d'impulsion)

>>>


Messages 1 à 40, Page : 1 | 2

Par okapiducharme : le 05/07/10 à 21:38:11

Déconnecté

Inscrit le :
27-08-2008
1451 messages
Dire merci
 Fort interressant!

Si ce n'est pas indiscret, à quelle fréquence faites vous sauter un cheval comme celui ci?

Par ex_micio : le 05/07/10 à 22:19:06

Déconnecté
 
(Le cheval dont je parle ne travail qu'avec moi et retourne au pré après la séance presque sans avoir transpirer.)


Ce n'est pas indiscret c'est fait pour ça

Tout ce qui est petits sauts genre 60 70cm on peut en passer 5 ou 6 par jours réparti dans la séance de travail, en suite quand il s'agira de vraiment travailler sur l'obstacle 0,90 1m avec des abord au galop (petit galop) alors on passera à 2 ou 3 fois par semaine avec chaque fois maxi 8 à 10 sauts, il vaut mieux sauter souvent mais peu que rarement et beaucoup.


Par okapiducharme : le 05/07/10 à 22:30:50

Déconnecté

Inscrit le :
27-08-2008
1451 messages
Dire merci
 Tout à fait d'accord!

Et exuser mon ignardise mais ce travail sur les barres ressemble t il a celui fait sur les jeunes chevaux? ou est - il différent du fait de l'age avancé du cheval?

Et quel est l'objectif avec ce cheval?

Car a mon sens l'équitation est basé sur des objectif qu'il soient sur une séance, une saison ou une vie(de cheval)

Par ex_micio : le 05/07/10 à 23:13:13

Déconnecté
 

La progression sur les barres est identique pour un jeune cheval sauf que dans notre cas la progression devrait être un peu plus rapide du fait que malgré son peu de travail le cheval à déjà une certaine musculature et un bon niveau dressage : flexions latérales, cession de nuque/mâchoire, pirouette, pirouette renversée, reculer, EED, appuyer, pas compté, départ au galop de l'arrêt, début de diagonalisation (ébauche de piaffer) … toute chose qu'il n'a pas à apprendre mais seulement entretenir développer.

J'ai passé la soixantaine et mes objectifs se limite au strict plaisir.
Bien sûr pour le cheval j'ai un schéma de progression.
La question qui se pose c'est où sont mes limites physiques.
Si j'avais 20 ans de moins je vous dirais : pouvoir faire régulièrement un beau parcours d'1,30m sans faute et plus si le cheval en avait vraiment les moyens

La compétition ne m'intéresse pas vraiment.


Par ex_micio : le 06/07/10 à 12:07:17

Déconnecté
 
Dans les prochains jours nous allons introduire quelque variantes à nos petits sauts au petit trot telle que : sauts en incurvation, sauts de biais, apprendre à s'arrêter devant l'obstacle,

Pour le saut dit en " incurvation " tout réside dans la qualité de la courbe de l'"incurvation" surtout dans l'approche de l'obstacle et jusqu'à l'appel.
La juste " incurvation " vas mettre le cheval dans d'excellentes conditions mécaniques (flexion des hanches) facilitant ainsi le saut ce que le cheval comprendra très vite et facilitera notre travail futur.

Pour le saut de biais on va progressivement augmenter l'angle jusqu'à 30 35°. Le but est d'habituer le cheval à voir venir les obstacles sous des angles différents ce qui par la suite nous permettra en concours d'optimiser le tracer de nos parcours et faire de bon chronos sans avoir à galoper très vite.

S'arrêter devant l'obstacle pour plusieurs raisons, ne pas précipiter l'abord, rester à l'écoute du cavalier jusqu'à l'appel toujours dans l'optique du travail futur. On va donc venir au trot mais à une dixaine de mètres on passe tranquillement au pas pour venir s'arrêter au pied de l'obstacle puis on va progressivement passer de 10m à 4 ou 5m.

Saut en "incurvation"


Saut de biais



Par koonkoontchek : le 06/07/10 à 12:40:57

Déconnecté

Inscrit le :
31-07-2009
2020 messages
Dire merci
 très intéressant Ex_micio comme toujours


moi mon cheval est jeune et nous avons encore beaucoup de choses à apprendre autre que le saut, mais ton sujet me donne déjà des idées ... il faut "simplement" adapter au niveau et au cheval je pense ...


Par ex_micio : le 07/07/10 à 18:23:42

Déconnecté
 

Bien sûr pour un jeune cheval ou un cheval n'ayant pas les acquis suffisants sur « le plat » la progression sera beaucoup plus lente. Par exemple on ne saute pas au galop tant que l'on ne maitrise pas correctement cette allure.

-------------------------------------------

>>>

Comme nos petit sauts au trot dans leur variété se passent bien et que par ailleurs nous pouvons galoper petit galop dans un excellent équilibre nous avons tenté un petit saut aux galop sur 0,80m.
Donc départ au galop sur un cercle à environ 20m 25m de l'obstacle encolure soutenue mâchoire/nuque décontractée rênes fluides, on prend la tangente face à l'obstacle sans rien changer à environ 15m de l'obstacle nous ouvrons franchement les mains on signifie ainsi au cheval qu'il va devoir faire par lui même, si le cheval accélèrent alors on arrête et on recule dans le calme et on recommence … à environ 15m de l'obstacle nous ouvrons franchement les doigts si le cheval conserve l'allure alors nous fermons très progressivement les jambes (mollets) dans une action continue jusqu'à l'appel sans provoquer d'accélération juste ce qu'il faut pour indiquer au cheval qu'il doit sauter ; nos mains restent ouvertes, nous mettons notre poids dans les étriers genoux adhérents fixes et on attend le saut sans bouger ; pendant le saut nous restons en équilibre sur les étrier en accompagnant souplement ; dès la réception on demande calmement l'arrêt, reculer, immobilité 5 secondes puis on lâche tout, récompense, récréation.

C'est le saut en non intervention.

A l'entrainement on ne saute jamais si à environ 8 10m de l'obstacle les conditions ne sont pas bonnes ; on arrête calmement en s'aidant beaucoup de la voix on recule et on recommence.


Par ex_micio : le 08/07/10 à 11:34:31

Déconnecté
 

>>>

Nos premiers sauts au galop se sont bien passé, nous avons eu à nous arrêter 2 ou 3 fois mais c'est bien normal et même peu pour un début.

Vue la température nous allons faire une petite pause.


Par laureBrrrrr : le 08/07/10 à 18:07:54

Déconnecté

Inscrit le :
11-04-2005
78802 messages

365 remerciements
Dire merci
 Top Micio ( enfin Ex !)

je retrouve pas mal d'idée de la façon ou j'aborde ( et dans laquelle on m'a fait abordé) l'obstacle avec les jeunes chevaux !

toute fois :
on prend la tangente face à l'obstacle sans rien changer à environ 15m de l'obstacle nous ouvrons franchement les mains on signifie ainsi au cheval qu'il va devoir faire par lui même, si le cheval accélèrent alors on arrête et on recule dans le calme et on recommence … à environ 15m de l'obstacle nous ouvrons franchement les doigts si le cheval conserve l'allure alors nous fermons très progressivement les jambes (mollets)

J'avoue que je suis pour que le cheval apprennent a se debrouillé seul, mais j'avoue que c'est soit seul depuis le debut soit rien.
j'ai un peu l'impression la dans abandon un peu rapide, je suis la, op je suis plus, y'a l'obstacle.

pourrait tu developer ce point la ?
je prefére pour ma part travaillé sur des jeux de ligne ou d'obstacle isolé sur des rennes complement longue, en jouant sur la disposition des obstacles pour corrigé le cheval, si je veux travaillé l'autonomie face au obstacle.

l'arrêt, reculer,
sur la derniére partie ? pourquoi reculer ? je trouve le reculer trés " prenant " pour un cheval, j'ai du mal a en voir l'utilité dans cette exercice


Par laureBrrrrr : le 08/07/10 à 18:10:16

Déconnecté

Inscrit le :
11-04-2005
78802 messages

365 remerciements
Dire merci
 Tout ce qui est petits sauts genre 60 70cm on peut en passer 5 ou 6 par jours réparti dans la séance de travail,

sur un cheval anxieux a l'obstacle, on m'avait fait travaillé tout les jours, le faite de passer 1 ou 4 ou 5 fois un petit obstacle nimporte quand dans les sceance de travail sur le plat, pour que l'exercice de sauter devienne routinier pour le cheval.
ça travail peut être finalement plus le mentale, quelque jeune chevaux le faite que sautez soit occasionnel pose plutot des difficultés.

Par laureBrrrrr : le 08/07/10 à 18:12:38

Déconnecté

Inscrit le :
11-04-2005
78802 messages

365 remerciements
Dire merci
 a oui encore

apprendre à s'arrêter devant l'obstacle,


je trouve cela delicat, dans le sens que sur certains chevaux qui n'ont pas encore le"coeur de guerrier", on leur coupe l'envie du mouvement en avant vers l'obstacle.

j'avoue que je l'utilise avec pas mal de parcimonie en fonction vraiment de l'allant et du mental du cheval

Par ex_micio : le 08/07/10 à 20:02:09

Déconnecté
 

« ... mais j'avoue que c'est soit seul depuis le debut soit rien.
j'ai un peu l'impression la dans abandon un peu rapide, je suis la, op je suis plus, y'a l'obstacle. »
-Mais le fait d'ouvrir les mains ne signifie pas que l'on est plus là, le fait de le faire à une 15aine de m de l'obstacle est suffisamment précoce pour ne pas surprendre le cheval, vous oubliez les jambes même si leur présence doit être très mesurée, que l'on ne saute que si le cheval est dans de bonnes conditions ... ça n'a rien d'un cheval abandonné ; on lui signifie seulement que c'est à lui de placer son appel ; (et tout le travail préparatoire).


« l'arrêt, reculer,
sur la derniére partie ? ... »
-Il s'agit d'un cheval qui n'a jamais sauter et contrairement à d'autres pratiques je veut éviter que l'obstacle soit un facteur de stress pour mon cheval. L'obstacle ne doit pas provoquer d'excitation pour le cheval ni non plus pour le cavalier d'ailleurs.
-Arrêt ? parce que on ne saute pas si les conditions ne sont pas bonnes ; de mauvaise conditions sont porteuses de stress, et désastreuses en terme d'apprentissage (pour apprendre à bien sauter il faut éviter de sauter mal).
-Je considère le reculer comme les autres allures et je l'enseigne à mes chevaux dès le début de leur éducation déjà à pied même avant de mettre la selle pour la 1re fois, donc pour nous le reculer est tout à fait habituel. Ici le reculer est utiliser pour faire comprendre au cheval qu'il ne doit pas modifier son équilibrage.


« apprendre à s'arrêter devant l'obstacle,

je trouve cela delicat, dans le sens que sur certains chevaux qui n'ont pas encore le"coeur de guerrier", on leur coupe l'envie du mouvement en avant vers l'obstacle. »
-Ben je ne veux faire la guerre à personne
Non ce que je cherche c'est un cheval aux ordres à tout moment, mon objectif étant contrôler entièrement l'abord.


Par marlene446 : le 09/07/10 à 09:32:39

Déconnecté

Inscrit le :
09-05-2009
1838 messages

8 remerciements
Dire merci
 ex-micio : je suis ravie de l'explication et de la vidéo fourni sur le poste de Okapi dernièrement avec un cheval que l'on arrête devant la barre...

Car hier séance avec mon moniteur d'une jument de 7 ans qui vient d'arriver au club... Il m'a fait travailler le fait que la jument se tienne toute seule et que je ne la fasse pas sauter moi ainsi que la cadence régulière sans accélerer devant la barre.

Quand je sentais que les deux facteurs n'étaient pas réunis je devais l'arrêter, reculer de 2 m et repartir...

A la fin de la séance j'avais une jument qui se rapprochait beaucoup plus de sa barre sans être sur les épaules alors que d'habitude elle saute les verticaux comme obstacle de volée et on se prend un saut énorme.

Je suis ravie de ce nouveau moniteur arrivé cette année et vos explications me conforte dans le travail que je fais avec lui puisque je retrouve en tout points vos explications

Par marlene446 : le 09/07/10 à 09:41:07

Déconnecté

Inscrit le :
09-05-2009
1838 messages

8 remerciements
Dire merci
 En relisant je retrouve bien le fait d'ouvrir les doigts une dizaine de mètre avec l'obstacle c'est tout à fait ce que j'ai travailler d'où une jument un peu perdue au début car elle à l'habitude qu'on la remonte très fort devant l'obstacle comme elle est "avachie" d'habitude...

Mais à la fin elle avait compris...

Objectif de mon moniteur avec tous les chevaux : qu'ils soient capable d'enchaîner un tour rênes longues si le cavalier est paumé dessus en sachant prendre leur foulée et leur distances correctement !

Je n'avais jamais travaillé dans cette objectif à mon club d'habitude c'est plutot tend tes rênes, tend tes rênes mais comme me l'a fait très justement je trouve remarquer mon moniteur il faut être très doué pour savoir soutenir son cheval, lui faire prendre les bonnes foulées...ect

Il me dit que c'est beaucoup simple d'avoir un cheval qui c'est faire tout seul et d'enchaîner tranquillement son tours...

Par laureBrrrrr : le 09/07/10 à 16:08:30

Déconnecté

Inscrit le :
11-04-2005
78802 messages

365 remerciements
Dire merci
 je suis casse pied but :

e fait de le faire à une 15aine de m de l'obstacle est suffisamment précoce


pourquoi ne pas le faire avant ?

Ici le reculer est utiliser pour faire comprendre au cheval qu'il ne doit pas modifier son équilibrage.

Je comprend pas, en quoi le reculer aprés l'arret et le saut, va lui faire comprendre qu'il ne doit pas modifier son equilibrage


-Ben je ne veux faire la guerre à personne
Non ce que je cherche c'est un cheval aux ordres à tout moment, mon objectif étant contrôler entièrement l'abord.



nous on fait la "guerre" contre le vent
ça ne repond pas a ma question ?
l'arret avant l'obstacle je le travail, mais a quelques métre devant l'obstacle pour le controle aussi justement dans l'abord, mais on repart toujours sauté l'obstacle

Juste devant l'obstacle ça veux dire = soit reculé pour repartir, soit ne pas franchir l'obstacle.
donc le cheval apprend = je ne vais peut être pas sauté
et non pas
je suis sous controle dans toute ma phase d'abord MAIS j'ai un effort a fournir derriére, je reste " pret"

Par ex_micio : le 09/07/10 à 20:43:27

Déconnecté
 
???

Sur le cercle on est au galop "incurvé" rênes fluides, face à l'obstacle on met droit en veillant à préserver décontraction et équilibre toujours rênes fluides, à une 15aine de mètres on ouvre franchement les mains (sans brusquerie évidemment).
Je ne vois pas où est votre problème là dedans.

« l'arret avant l'obstacle je le travail, mais a quelques métre devant l'obstacle pour le controle aussi justement dans l'abord, mais on repart toujours sauté l'obstacle »
-Oui je comprends c'est une façon très répandue que je ne partage pas. Je considère l'obstacle comme n'importe quelle autre figure, volte, doubler, travers, EED ...

« Je comprend pas, en quoi le reculer aprés l'arret et le saut, va lui faire comprendre qu'il ne doit pas modifier son equilibrage »
-Désolé je n'avais pas compris que vous parliez après le saut, je rectifie donc :
Le cheval sachant qu'il devra donner l'arrêter/reculer après le saut aura beaucoup moins tendance à précipitation, dès la réception il engagera ses hanches pour donner l'arrêt/reculer, ce qui vous en conviendrez (enfin peut-être pas) est un sérieux atout pour nos futur combinaison ou courbe si tôt la réception. Le cheval comprend d'autant plus vite que cela lui procure systématiquement récompense et repos. Très vite il prendra goût à l'obstacle.

« nous on fait la "guerre" contre le vent
ça ne repond pas a ma question ? »
-Moi je n'aime pas la guerre ni de ce qui va avec.
Je me permet de remettre ma réponse en entier :
" -Ben je ne veux faire la guerre à personne
Non ce que je cherche c'est un cheval aux ordres à tout moment, mon objectif étant contrôler entièrement l'abord. "

Et si vous sautez systématiquement l'obstacle qui vient à vous c'est la preuve que vous ne contrôlez pas. Contrôler c'est choisir de faire ou de ne pas faire.

Et je rappel que nous sommes pour l'instant au tout début d'éducation sur l'obstacle, je parle ici d'objectif.

L'effort sur 0,80m est très relatif.



Par laureBrrrrr : le 09/07/10 à 20:51:20

Déconnecté

Inscrit le :
11-04-2005
78802 messages

365 remerciements
Dire merci
 Je ne vois pas où est votre problème là dedans.


c'est pas une critique, je cherche a comprendre, pourquoi ne pas le faire avant, je ne dit pas que c'est mal ou pas
On travail sur cette idée aussi, mais on le fait des le debut, je ne s'aurais pas expliqué ce que ça fait de différent dans l'apprentissage, je cherche donc a comparer et comprendre la différence qu'il pourrait y avoir, donc par la suite voir ce qui est le plus approprié

Ok pour le reculer

le coeur de guerrier, est une expression, rien a voir avec une guerre petit jeu de mot ou expression mal passé.


Et si vous sautez systématiquement l'obstacle qui vient à vous c'est la preuve que vous ne contrôlez pas

La j'avoue être perplexe. on peut vérifier le controle d'une autre façon, s'arreté complement dans le pied de l'obstacle avec un cheval peu allant, je trouve ça " risqué" au niveau " psycologique. mais l'idée semble mal être passé au vu de ta " votre" reponse. pas capable ce soir de l'exprimé mieux désolé.

On parle bien de s'arreté dans le pied de l'obstacle ?

que ça soit claire, parce que je n'en suis pas sur, je ne suis pas la pour critiqué, mais pour comprendre sur des points ou je fonctionne pour ma part différemment. Comme je pense qu'il n'y a pas qu'une méthode, j'essai de comprendre le pourquoi du parce que, et en gardant a l'esprit que celon le cheval certaine méthode on des avantages ou des inconvenniants.


en tout cas merci de prendre le temps de repondre


Par ex_micio : le 09/07/10 à 22:26:33

Déconnecté
  

(vous pouvez me tutoyez pas de problème)

Pour ce qui est de la guerre, faisons la paix si vous voulez bien
Pas de souci j'ai bien compris (faut bien s'amuser un peu)


Avant de mettre le cheval face à l'obstacle il faut bien l'y conduire, régler son incurvation, sa vitesse, son équilibre ... non ?
Jusqu'à environs 15m c'est le cavalier qui gère en totalité mais à partir de là (ça peut être un peu plus ou moins) le cavalier laisse le soin au cheval de choisir l'emplacement de l'appel en respectant l'allure donnée. Cette distance laisse au cheval le temps de s'organiser en vue du saut et au cavalier celui d'arrêter sans brusquerie si le conditions se dégradent.
(bien comprendre que contrôler ne veut pas dire tenir).


Pour l'arrêt avant l'obstacle voici ce que j'ai dit dans ce sujet

" J'ai toujours l'habitude de travailler dans le calme et ce d'autant plus lors qu'il s'agit d'aborder des nouveauté cela aide grandement à la compréhension et assimilation ce qui au final nous fait gagner beaucoup de temps et surtout de confiance "

" Dans les prochains jours nous allons introduire quelque variantes à nos petits sauts au petit trot telle que : sauts en incurvation, sauts de biais, apprendre à s'arrêter devant l'obstacle, "

" S'arrêter devant l'obstacle pour plusieurs raisons, ne pas précipiter l'abord, rester à l'écoute du cavalier jusqu'à l'appel toujours dans l'optique du travail futur. On va donc venir au trot mais à une dizaine de mètres on passe tranquillement au pas pour venir s'arrêter au pied de l'obstacle puis on va progressivement passer de 10m à 4 ou 5m. "

" si le cheval accélèrent alors on arrête et on recule dans le calme "

" on arrête calmement en s'aidant beaucoup de la voix on recule et on recommence. "

On vois bien qu'il ne s'agit pas d'arrêter brutalement, ce n'est pas une sanction si même quelque fois on doit être un peu autoritaire jamais brutal.


Par laureBrrrrr : le 10/07/10 à 08:15:49

Déconnecté

Inscrit le :
11-04-2005
78802 messages

365 remerciements
Dire merci
 Pas de souci j'ai bien compris (faut bien s'amuser un peu)

oui mais moi je me mefie sur internet ça va vite de mal prendre les choses pour rien
pas gentil de s'amuser avec moi


Avant de mettre le cheval face à l'obstacle il faut bien l'y conduire, régler son incurvation, sa vitesse, son équilibre ... non ?


c'est la qu'on différe un peu en partant du principe que le cheval est capable d'être autonome depuis le debut, c'est son " travail" tout du moins sur le type d'exo qu'on va lui mettre sur se " debrouillage complet". Je trouve plus facile l'idée pour le cheval d'être autonome depuis le debut ( pour l'instant). Mais ce travail est interessant, finalement c'est un mi chemin entre les deux, qui je me dit pourrait se greffer aprés ou avant un " debrouillage complet seule" eventuellement

Oui j'avais bien compris que c'etait ni sanction, ni arret brutale. mais j'avoue que l'idée de s'arreté dans l'obstacle me derange. Aprés reflexion, j'emmene quelque fois les chevaux s'arreté sur les obstacle un peu voyant chez les jeunes, pour les laisser decouvrir, ça pose donc les même soucis que ce que je pourrais reprocher.
faut que je reflechisse a tout ça encore

Par laureBrrrrr : le 10/07/10 à 08:16:26

Déconnecté

Inscrit le :
11-04-2005
78802 messages

365 remerciements
Dire merci
 
(vous pouvez me tutoyez pas de problème)


tu peux me tutoyer

Par marlene446 : le 10/07/10 à 09:20:09

Déconnecté

Inscrit le :
09-05-2009
1838 messages

8 remerciements
Dire merci
 Laure j'en avais parler sur un autre post avec ce monsieur, car moi aussi j'avais du mal à comprendre l'intérêt...

Et bien comme dit plus haut j'ai travaillé cela avec mon moniteur sur une jument qui est sur les épaules et précipite devant l'obstacle, ne sait pas régler sa foulée.... Ect

Je ne connais pas tous les mécanismes qui font que ça marche, j'ai encore beaucoup à apprendre mais en fin de séance j'avais une jument qui se tenait et se rapprochait du coup du pied du vertical plutot que faire des sauts de débile !

Par laureBrrrrr : le 10/07/10 à 11:03:13

Déconnecté

Inscrit le :
11-04-2005
78802 messages

365 remerciements
Dire merci
 marléne, je vois bien l'interet dans le cas de chevaux qui precipite, pour l'avoir travaillé aussi. J'ai plus de mal de le voir pour " tous" les chevaux.
Sur des chevaux qui précipite ( voir aussi pourquoi, peur trop d'envie, manque d'equilibre, je pense que aprés on aborde pas les choses de la même façon celon le pourquoi du parce que de la précipitation)

Je vois tout a fait l'interet autant d'un point de vue mentale, que equilbre

Avec des chevaux un peu moins " courageux" j'avoue mettre plus de reserve.

Par laureBrrrrr : le 10/07/10 à 11:03:33

Déconnecté

Inscrit le :
11-04-2005
78802 messages

365 remerciements
Dire merci
 mais il est trés interessant ce poste !

Par ex_micio : le 10/07/10 à 12:14:18

Déconnecté
 

J'emploie le "vous" car c'est plus facile pour moi d'écrire ainsi, et comme je ne suis pas très doué en la matière ... je vais au plus simple.
_________________________________


Dans une méthode il y a l'esprit et la forme.

On apprends au cheval à s'arrêter devant l'obstacle mais par la suite si ces arrêts ne sont pas nécessaires il n'y a pas de raisons de les utiliser.

(si le conditions son bonnes il n'y a pas de raisons de s'arrêter.)

On dispose de l'outil on l'utilise si besoin ; au cours d'un dressage il y a de forte chances que l'on en ait besoin. Nous n'en somme qu'au début.

Mon objectif est de régler complètement l'abord. Bien sûr on peu en rester au saut en non intervention qui peu donner de très bon résultats avec de très bons chevaux mais à mon goût trop dépendant de la qualité des chevaux et souvent manque de régularité dans les résultats.








Par laureBrrrrr : le 10/07/10 à 12:56:10

Déconnecté

Inscrit le :
11-04-2005
78802 messages

365 remerciements
Dire merci
 Je suis plus que d'accord avec l'utilisation de l'outil ou nous celon les besoins
Je m'interoge toute fois sur l'impact que ça aurait le travail de ses arrets sur des chevaux pas trés franc.

j'ai du mal a me faire un avis pour l'instant

cette idée de controle avant l'obstacle, c'est quelque chose que je fait pas mal, travail des transitions avant la barre, sur des doubles ( avec arret aussi d'ailleurs) mais je fini toujours pas franchir la barre en face .

abordé au pas, au trot aussi les obstacle dans une idée de " controle, calme" que le cheval comprenne aussi que la vitesse et la précipitation ne l'aiderons pas a sauté.

Je reflechie a tout ça

Par ex_micio : le 10/07/10 à 22:46:15

Déconnecté
 

>>>

Jusqu'ici tout se passe bien ; maintenant nous devons faire un choix :
1) -soit on continu le saut en non interventions il y a tout un tas d'exercices pour cela,
2) -soit on choisi l'intervention, là aussi il y a de nombreux exercices certain commun au deux pratique.
Cependant ce 2me choix est beaucoup plus difficile et exige des chevaux très bien mis. L'un des gros avantage de ce choix est que l'on peu obtenir de bon résultat avec beaucoup de chevaux, même avec des pas doués, et de façon plus régulière.

Comme nous n'avons pas de bons chevaux nous faisons le choix 2.
____________________


Il y a 2 style de saut le saut dit rond et le saut dit basculé
Au naturel le cheval fait des sauts ronds ce que nous avons fait jusqu'à lors.
-le saut rond nécessite un fort appel des antérieurs
-le saut basculé en revanche donne clairement la priorité à la poussée des postérieurs et s'avère beaucoup plus efficace (on saute plus fort pour une même puissance).

Toute fois le style basculé n'étant pas naturel il va falloir l'enseigner au cheval. C'est là que les choses se compliquent.

Les conditions pour obtenir le saut basculé sont en théorie assez simple : il suffit (si j'ose dire) que le cheval soit rassemblé à l'instant de l'appel ou si l'on préfère dans un équilibrage fort sur le hanches.
En pratique c'est une autre histoire.

Cela donne déjà des pistes de travail par exemple les variations d'allure (d'équilibrage) à toute les allures mais surtout au galop en essayant d'aller le plus loin possible dans le ralentissement (dynamique) sans rompre l'allure travail toujours progressif -on demande un peu ... puis un peu plus ... ...

>>>


Par ex_micio : le 11/07/10 à 11:00:02

Déconnecté
 
>>>

Nous allons donc chercher à arriver à l'emplacement de l'appel dans un équilibrage très reculé. Les moyens de jouer de l'équilibre du cheval sont le relèvement de la base de l'encolure conjointement à l'abaissement des hanches par flexion des articulations haute postérieurs


Lien
-------------------
Lien
-------------------
Lien
-------------------
Lien
-------------------
Lien
-------------------

Ben oui y'a pas mal de travail. Je ne parle pas du travail sur "le plat" qu'il ne faut surtout pas négliger bien au contraire c'est là que tout se joue.
Quand on parle de légèreté on pense souvent au mains mais cela vaut pour l'ensemble des aides donc les jambes. Tout emploi des jambes pour quelle que raison que ce soit doit provoquer l'animation du moteur (hanches) ou un surplus d'animation. Il est strictement indispensable que le cheval réponde parfaitement aux jambes.

>>>


Par laureBrrrrr : le 11/07/10 à 12:53:40

Déconnecté

Inscrit le :
11-04-2005
78802 messages

365 remerciements
Dire merci
 Jusqu'ici tout se passe bien ; maintenant nous devons faire un choix :
1) -soit on continu le saut en non interventions il y a tout un tas d'exercices pour cela,
2) -soit on choisi l'intervention, là aussi il y a de nombreux exercices certain commun au deux pratique.
Cependant ce 2me choix est beaucoup plus difficile et exige des chevaux très bien mis. L'un des gros avantage de ce choix est que l'on peu obtenir de bon résultat avec beaucoup de chevaux, même avec des pas doués, et de façon plus régulière.

Comme nous n'avons pas de bons chevaux nous faisons le choix 2.


pourquoi ne pas continuez a travaillé les deux en parraléle .
Je trouve que l'un s'attaque plus au coté " mentale" du cheval : le sens intervention, apprendre l'autonomie au cheval, a faire attention a son corps dans son environnement and co

le reste va travailler peut être plus le geste et la technique.

bref un cumule des deux me semble possible celon les sceances par exemple ?

du mal a comprendre pourquoi l'un ou l'autre

independemment d'ailleurs de la qualité du cheval

Par laureBrrrrr : le 11/07/10 à 12:54:13

Déconnecté

Inscrit le :
11-04-2005
78802 messages

365 remerciements
Dire merci
 en tout cas trés aggreable a lire tout ça

Par ex_micio : le 11/07/10 à 13:34:41

Déconnecté
 

« pourquoi ne pas continuez a travaillé les deux en parraléle . »
Un peu de patience

" 2) -soit on choisi l'intervention, là aussi il y a de nombreux exercices certain commun au deux pratique. "

L'intervention est un plus par rapport à la non intervention mais ne l'exclu pas.




Message édité le 11/07/10 à 13:37

Par laureBrrrrr : le 11/07/10 à 14:33:06

Déconnecté

Inscrit le :
11-04-2005
78802 messages

365 remerciements
Dire merci
 ok je n'avais pas percuté cette partie la !!

Par ex_micio : le 12/07/10 à 14:00:41

Déconnecté
  

>>>

Nous n'avons pas parlé du cavalier mais il est bien évident que pour travailler un cheval à sur l'obstacle le cavalier doit avoir la maîtrise de son équilibre et de ses aides.

Notre cheval répond bien au variations d'allure, recule bien franchement sans stress, donne de bon arrêts, il est franc aux jambes ... il est temps de commencer à apprendre à notre cheval à aborder dans un équilibrage plus reculé.

On peu continuer à faire quelque sauts au galop en non intervention mais on va en réduire notablement le nombre.

>>>


Par ex_micio : le 12/07/10 à 14:01:18

Déconnecté

>>>

Petit droit 50 ou 60cm trot ordinaire bien actif, à 8 10m de l'obstacle on demande un ralentissement progressif un report de poids vers l'arrière par relèvement de la base de l'encolure (rênes fluide le cavalier demande le cheval fait) on ne tire surtout pas, on ne tient pas c'est une légère action de main vers le haut qui se répète dans le rythme de la foulée jamais, jamais vers l'arrière. Les jambes comme indiqué plus haut se rapprochent dans une action progressive continue et parfaitement dosée jusqu'à l'appel.

2 difficultés :
-interdire tout abaissement de l'encolure jusqu'à l'appel
-le juste dosage de l'action de jambes.

Comme toujours au début, on demande peu de report vers l'arrière puis on augmente progressivement les exigences. Quand le cheval aura senti le saut basculé la chose devient facile car l'effort est moindre et le saut se fait en toute sécurité ce que le cheval comprend très vite.
On pourra en suite monter les barres jusqu'à 80 90 voir 100cm mais pour l'instant toujours au trot

On ne va peut-être pas réussir du 1er coup mais on reste calme et on persévère.

Comme nous n'en somme qu'au trot nous n'avons pas le problème du réglage de l'appel donc cette gymnastique vaut aussi pour le saut en non intervention

Nos demandes(actions) de main pour ce qui est des transitions descendantes devraient toujours se faire vers le haut, c'est une habitude qu'il faut se forcer à prendre car ce n'est pas un reflex naturel pour l'homme mais pour le cheval ça fait une énorme différence (ça vaut le coup).

>>>



Par laureBrrrrr : le 14/07/10 à 10:18:30

Déconnecté

Inscrit le :
11-04-2005
78802 messages

365 remerciements
Dire merci
 

Par ex_micio : le 14/07/10 à 18:54:16

Déconnecté
 

>>>

Bien évidement nous pouvons rencontrer des difficultés si le cheval ne comprend visiblement pas nos intentions alors plutôt que de provoquer des résistances(défenses) mieux vaut alors décomposer pour mieux recomposer.
-Sur "le plat" nous reprenons les variations d'équilibrage(allure) au trot,
-sur l'obstacle nous reprenons nos petits sauts ordinaires au trot notamment en "incurvation" ce qui favorise grandement la décontraction.

Puis les choses étant bien remisent en places nous reprenons nos petits sauts au trot en équilibrage reculé en étant très progressif dans nos exigences.

>>>



Par ex_micio : le 17/07/10 à 09:38:47

Déconnecté
 
>>>

Nous parvenons maintenant à aborder l'obstacle au trot dans un équilibrage reculé jusqu'à l'appel toute fois nos 1ers sauts ainsi sont un peu désordonnés mais rien de bien méchant, très vite tout s'arrange.

Il faut bien prendre sont temps ne jamais passer à l'étape suivante tant que la précédente n'est pas acquise, ne par craindre revenir en arrière ...

----------------------------

Notre prochaine étape va être l'abord au galop dans un équilibrage reculé.

Attention :
-le cavalier doit être parfaitement maître de son équilibre et ses aides à tout moment
-les variations d'équilibrage(allure) au galop, galop rassemblé, saut au trot en équilibrage reculé ... parfaitement maitrisé


Petit droit 80 90cm petit galop moins de 300m/mn on s'approche de l'obstacle en veillant à garder le même équilibrage sans autoriser l'abaissement de l'encolure. Si à 10 12m on sent des résistances ou que le saut se présente mal (il faut se rapprocher de l'obstacle (aucun appel long)) alors on s'arrête on recule et on recommence.

Ce sont nos premiers pas dans l'intervention.

>>>


Par ex_micio : le 17/07/10 à 09:41:25

Déconnecté
 
>>>

Pour complété notre travail voici un excellent exercice sur un petit double et comme nous n'avons pas le souci de l'emplacement de l'appel il vaut aussi pour la monte en non intervention.

Petit droit ou croix pour bien centrer de 0,50m ou 0,60m et à 5,50m 5,80m (1 foulée) puis un droit de 0,80m ; ce 2me obstacle peut être monté progressivement jusqu'à 1,20m et +. Dans cette combinaison il faut entrer au trot.

-------------------------

Pour la suite il nous faut travailler beaucoup les variations d'allure(équilibrage) au galop, il faut que ça devienne facile en toute légèreté.

>>>

Par ex_micio : le 17/07/10 à 10:17:00

Par Hisais : le 17/07/10 à 13:32:22

Déconnecté

Inscrit le :
17-07-2010
39 messages
Dire merci
Ca peut Marcher mais avec beaucoup de patience et d'écoute de l'animale

Par ex_micio : le 18/07/10 à 00:24:10

Déconnecté
 

« ... avec beaucoup de patience et d'écoute de l'animale »
C'est bien le moins non ?
et quelle que soit la discipline si non faut faire du vélo.

Page : 1 | 2
· Page suivante


Pour préserver la qualité de ce forum, vous devez être membre pour participer à cette discussion..
Il y a actuellement (67 318) membres dans la communauté.
Devenez membre | Connectez vous
Il y a 1 utilisateurs sur cette page : et 1 invité(s)

Les dernières annonces

a donner hongre
donation Très
a donner Pure
donne jument LUS
HONGRE DE 8 ANS
A donner cheval