Forum cheval
Le Forum Cheval

La Permaculture Equine

Sujet commencé par : Lsan - Il y a 35 réponses à ce sujet, dernière réponse par Erzebeth
1 personne suit ce sujet
Par Lsan : le 19/07/22 à 23:13:32

Déconnecté

Inscrit le :
19-11-2009
4067 messages

73 remerciements
Dire merci
Un sujet que je découvre depuis quelques semaines et qui a déjà réussi à me passionner ! Je ne vais pas prétendre vous apprendre des choses, mais j’ai cru comprendre que le sujet pourrait intéresser

Pour commencer, pour ceux qui ne connaîtraient pas du tout, le “concept” vise à entremêler le Paddock Paradise ou l’Equipiste (s’il y a une différence, je ne la connais pas, je découvre le terme d’équipiste !) et la permaculture.

Le PP (Paddock Paradise) est une maintenance des chevaux qui se base sur la nature du cheval : un animal qui se déplace pour se nourrir et s’abreuver, qui vit en troupeau et n’est pas ferré (entretien des pieds via différents types de sol mis en place). Le cheval en PP est généralement nourri au foin uniquement avec pas ou très peu d’herbe, certains se contentent des dessous de clôtures, d’autres d’une gestion “au fil” ou d’un lâcher quelques heures par jour. Mais on évite l'herbe à vache, sources de problèmes pour le cheval. La question de cette maintenance semble se poser d’abord lorsque l’on possède un cheval souffrant de SME, fourbure, ou tout autre type de problèmes lié au surpoids et aux problèmes de pieds, les propriétaires recherchant un moyen de guérir ou au moins, soulager leurs chevaux. C’est sur ces problèmes, en général, que semblent débuter les recherches des proprio sur cette maintenance. Dans mon cas, et n’ayant pas de cheval, c’est la curiosité et vous avez le droit d’être comme moi

La permaculture repose sur un principe de base, celui de s’inspirer de la nature pour les cultures, les espèces sont indigènes, multiples et interagissent entre elles (certaines plantes poussent mieux aux côtés d’autres et certaines ne “s’entendent pas” et poussent mal ou moins bien, entrent en concurrence). En permaculture on bannis insecticides et engrais, on optimise les surfaces, car on considère que la nature est un tout et que tout doit fonctionner ensemble.

La permaculture équine est le mélange des deux : Sur une prairie, on aménage des couloirs pour créer des pistes, au sol varié et accidenté si possible (entretien de la bonne santé des pieds et de leur solidité, le cheval est idéalement pieds nus). Il est nourri exclusivement au foin (selon la santé, l’âge, et l'activité, si le foin ne suffit pas à maintenir en état) répartit sur différents points dans des filets, l’eau ne se trouve pas à proximité des zones de nourrissage, afin d’obliger le cheval à marcher pour manger et boire, de manière la plus naturelle qui soit puisque cela fait partie de sa nature. Idéalement, le cheval est maintenu dans un petit troupeau, ou au minimum à deux individus, pour respecter sa nature d’animal grégaire. D’autres points d'intérêts peuvent être aménagés, zones de roulades, de grattages, abris naturels et / où artificiels. Ces “PP” possèdent aussi des zones d’herbe pouvant servir à faire le foin et peuvent ou non être ouvertes aux chevaux. La surface de ces PP ne suit pas forcément la fameuse règle de “l’hectare par cheval” et peuvent être plus petites sans que cela pose problème, du moment que le foin est suffisant et les couloirs assez large (on peut par exemple compter 35 ares pour un PP avec des couloirs de 3m de large, en prenant soin de faire des virages larges, pour 2/3 chevaux)

Et enfin et surtout, le PP en permaculture équine est planté en prenant en compte que la flore peut pousser seule, être bénéfique au PP et aux autres plantes mais aussi au cheval : une haie d’arbustes et/ou des arbres qui peut tout aussi bien abriter les chevaux en formant une haie ou un sous-bois, que d’être grignotée sans risque par les chevaux. Le cheval n’a donc plus à sa disposition un “bête” champs d’herbe à vache, mais une série de pistes qui le mènent à son foin, son eau, un sous bois, une série de haie, des arbustes ou d’autres plantes, semées ou non (mélange prairies spéciales chevaux) qui seront grignotées au fil des déambulations des chevaux, des zones d’intérêts pour se gratter, se rouler, se groomer, s’abriter avec des haies sèches, ou se tremper dans un pédiluve… Le tout aménagé à leur intention, selon leur nature et donc, leurs besoins fondamentaux.

Messages 1 à 35, Page : 1

Par Lsan : le 19/07/22 à 23:13:41

Déconnecté

Inscrit le :
19-11-2009
4067 messages

73 remerciements
Dire merci

Le profil de ces PPP est infini, seule votre imagination sera la limite de l'espace de vie que vous pouvez créer ! Sous-bois, prairies, piste de galop, carrière, zone de pansage, butes, zone accidentées, pédiluve, bassin... La norme n'existe plus et la platitude n'est plus à l'ordre.

Si on est convertit et qu’on veut/peut pousser le vice plus loin, on peut aussi faire son foin avec des outils d’antan… Et s’affranchir des machines.
C’est ce que j’apprends depuis peu sur deux chouettes groupes FB (moi qui ne suis jamais sur les RS!) et c’est aussi grâce à ça que je découvre comment certaines personnes ne comptent plus sur les machines (et leur coût d’achat, d’entretien, de réparation… Et de fonctionnement via l’essence/gazole) pour semer, faucher, mettre en bottes le produit de leur labeur.

C’est un sujet qui me parle énormément, cette symbiose avec la nature, depuis toujours et que je sens de plus en plus vrai à mesure que l’humanité semble s'en éloigner de plus en plus et ou elle souffre de plus en plus du manque… Ou de l’absence de considération pour elle.


Voilà ^^ J’espère que ce topic vous plaira et que j’ai été claire dans mes explications, sur un sujet que je découvre et que je viens partager avec vous

Par CaroDadou : le 20/07/22 à 08:43:42

Déconnecté

Inscrit le :
25-07-2005
19956 messages

367 remerciements
Dire merci
Ah tu dois être sur les mêmes groupes que moi alors

Par stephy92 : le 20/07/22 à 09:59:29

Déconnecté

Inscrit le :
22-07-2004
41129 messages

368 remerciements
Dire merci
je suis aussi sur les mêmes groupes, pour le jour où j'aurai les chevaux à la maison

Par CaroDadou : le 20/07/22 à 10:10:54

Déconnecté

Inscrit le :
25-07-2005
19956 messages

367 remerciements
Dire merci
Bon après des fois ça confine un peu à l'esclavage et l'utopie mais l'idée est bonne.

Par Pili : le 20/07/22 à 10:22:44

Déconnecté

Inscrit le :
08-07-2004
8951 messages

499 remerciements
Dire merci
la vieille en moi a des doutes ... et pourtant je vis dans un pays où le moindre cm² doit être optimisé tellement qu'il est petit.

Bien sûr les chevaux prennent généralement les même chemins pour aller d'un endroit à l'autre de leur prairie (et le chemin c'est un sentier, ils se déplacent généralement en file indienne) mais rêver que sur 35 ares on va pouvoir de l'herbe à brouter toute l'année (même à raison de qq heures par jour).

Bien sûr qu'un PP de 35 ares c'est mieux qu'un box, mais tes buissons ils vont se faire ratiboiser par les chevaux s'il n'y a pas d'herbe à profusion, le cheval ira toujours plus vert le 'vert' que vers le foin.

J'avais déjà fait un post là-dessus, je ne conçois pas qu'on envisage de laisser un cheval au foin à l'année s'il y a moyen de faire autrement. Permaculture ou pas. En France vous avez la possibilité d'avoir plusieurs ha de prairie là où, en Belgique, avec 1 ha c'est déjà le bout du monde mais le meilleur moment de l'année pour mes chevaux c'est la sortie en prairie et si je leur donne le choix il iront vers la prairie plutôt que vers la maison où il y a du foin et du grain. Ce n'est que quand l'herbe manque qu'ils se tourneront vers autre chose.
Et l'idée des chemins c'est bien mais parfois le cheval a juste le besoin de 'foncer tout droit', en toute liberté, juste pour le bonheur de faire une pointe de vitesse et ça dans un PP t'oublies.

Franchement à choisir je pense que le cheval préfèrera box/prairie avec un vrai espace que PP. après on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a, nos besoin et ceux des chevaux et bien sûr je suis pour le foin à volonté et garder les chevaux sur leurs sentiers pour faire du foin (peu importe comment) pour moi c'est les priver du meilleur moment de l'année.

Mais ceci n'est que mon avis

Par Plectrude : le 20/07/22 à 10:23:15

Déconnecté

Inscrit le :
17-05-2006
12304 messages

231 remerciements
Dire merci
Je serai très curieuse de savoir ce que ça donne en budgétisation et en planning.
Parce que oui ça semble idéal pour les chevaux, mais est ce que c'est vraiment maintainable, par quel profils sociaux économiques, et dans quelle région ?

Quel budget initial et taille de parcelle pour 2 chevaux par exemple ? Quelle parcelle supplémentaire pour être autonome en foin ? etc...

Sur le papier ça fonctionne, mais perso j'ai jamais croisé de paddock paradise, alors qu'on en parle depuis un moment. Donc je peux pas m'empêche de me dire que si ça ne fait pas tant d'émules, c'est que c'est au moins autant d'avantages que de contraintes ? Si quelqu'un a déjà fait des plans et une estimation des coûts et du temps passé à la mise en place puis à l'entretien quotidien, je suis curieuse.

Par Pili : le 20/07/22 à 10:24:40

Déconnecté

Inscrit le :
08-07-2004
8951 messages

499 remerciements
Dire merci
bon à part ça j'ai été m'inscrire sur un groupe de PPP pour ne pas mourir idiote

Par Erzebeth : le 20/07/22 à 10:37:55

Déconnecté

Inscrit le :
01-01-2004
68632 messages

1268 remerciements
Dire merci
Je rejoins pili j'ai régulièrement un soucis avec ma vieille jument au début du printemps, parce qu'elle boude le foin en voyant l'herbe pousser dans les parcelles à côté, que je laisse pousser encore un peu avant de la laisser y aller.
C'est aussi le moment de l'année où mes chevaux cherchent à brouter en balade, ils ont ENVIE d'herbe fraiche.
Avec la chaleur, j'ai mis du foin dans l'abri pour que les filles aient à manger quand elles y passent du temps pour s'abriter, ben elles n'ont même pas daigné le toucher. Bon Belline, elle est snob et têtue, je ne me faisais pas d'illusions, mais même Ode s'en fiche. Et pourtant, le foin est beau!
Alors bien sûr quand on n'a pas le choix, peu de terrain, ou quand on a un cheval à rationner pour raisons de santé, le PP, c'est une vrai alternative intéressante. Mais sans contraintes spécifiques, je ne suis pas convaincue que ce soit nécessairement l'idéal pour un cheval... Pour la santé, peut-être, mais le moral, ça compte aussi.

Après ça n'empêche pas de faire des aménagements en permaculture, ou au moins, en culture raisonnée, autour des chevaux, c'est ce que je m'efforce progressivement de faire, ou en tous cas en essayant de m'en inspirer, petit à petit, et à mon échelle... Je plante des arbres dans une des parcelle pour drainer, utilise mes talus pour planter certains arbustes de façon à les stabiliser, tout en me facilitant le travail d'entretien des clôtures, et en nourrissant pollinisateurs et oiseaux... je réutilise le fumier des chevaux, et les restes de vieux foin en paillage (en particulier pour ressemer à certains endroits), etc. Bref j'essaye de fonctionner en circuit fermé sur mon terrain. Mais mes chevaux ont quand même de vraies étendues d'herbe (où on fait aussi leur foin, mais après c'est surtout une question de gestion de parcelles).

Par kirikou : le 20/07/22 à 10:55:24

Déconnecté

Inscrit le :
16-09-2006
18536 messages

350 remerciements
Dire merci
J'avais déjà fait un post là-dessus, je ne conçois pas qu'on envisage de laisser un cheval au foin à l'année s'il y a moyen de faire autrement.

Et l'idée des chemins c'est bien mais parfois le cheval a juste le besoin de 'foncer tout droit', en toute liberté, juste pour le bonheur de faire une pointe de vitesse et ça dans un PP t'oublies.

Après ça n'empêche pas de faire des aménagements en permaculture, ou au moins, en culture raisonnée, autour des chevaux, c'est ce que je m'efforce progressivement de faire, ou en tous cas en essayant de m'en inspirer, petit à petit, et à mon échelle... Je plante des arbres dans une des parcelle pour drainer, utilise mes talus pour planter certains arbustes de façon à les stabiliser, tout en me facilitant le travail d'entretien des clôtures, et en nourrissant pollinisateurs et oiseaux... je réutilise le fumier des chevaux, et les restes de vieux foin en paillage (en particulier pour ressemer à certains endroits), etc. Bref j'essaye de fonctionner en circuit fermé sur mon terrain. Mais mes chevaux ont quand même de vraies étendues d'herbe (où on fait aussi leur foin, mais après c'est surtout une question de gestion de parcelles).

Tout pareil.
Je suis ces groupes sur FB aussi, il y a plein de bonnes idées, d'info sur les bonnes plantes à planter, sur l'organisation des mes pâtures, etc. Je compte d'ailleurs condamner certains espaces pour y planter arbres et buissons (ils n'ont pas beaucoup de haies et mal orientées en plein cagnard)
Deux de mes chevaux sont actuellement sur une "piste" d'ailleurs, mais en herbe rase car au régime et je n'en voit que des bénéfices, notamment parce qu'ils marchent beaucoup. mais je leur ai conserver deux belles lignes droites dans lesquelles ils ne se privent pas de faire les andouilles
Mais franchement les passer quasi-uniquement au foin, hors de question! je suis même dans la démarche totalement inverse (vieille jument qui tousse au foin sec) qui consiste à faire durer mes pâtures le plus longtemps possible l'hiver de manière à donner le moins de foin possible.

Par Lsan : le 20/07/22 à 10:59:58

Déconnecté

Inscrit le :
19-11-2009
4067 messages

73 remerciements
Dire merci
Pourtant, les propriétaires y arrivent... Et ceux que j'ai vu (oui, on doit fréquenter les mêmes groupes ^^) ont des chevaux avec des soucis de santé. Alors, un PPP ou la mort/souffrance, "tant pis" pour le moral, quoique, leurs chevaux n'ont pas l'air si malheureux.
Ensuite, Pili, dans ces PP les chevaux ne sont pas à l'herbe, alors sa disponibilité n'est pas importante, surtout qu'ils ont surtout l'air de vouloir éviter absolument l'herbe rase qui est plus dangereuse.

Après chacun à sa vision/gestion des choses.

Niveau coût, je n'ai pas encore vu de post sur le sujet, mais question temps, ça demande pas mal d'investissement en temps pour l'installation de ces clôtures, qui sont doubles, l'aménagement... Le remplissage des filets de foin, ramassage du crottin (avec le fait qu'il faille suivre les chemins).

Et Pili, les chevaux peuvent galoper dans ces sentiers, avoir un PP ne l'empêche pas, il faut juste penser aux lignes droites quand tu aménages, ce que tous font, sur le groupe en tout cas et d'où l'importance d'adapter la largeur des couloirs, c'est bien pour les galopades ! ^^ Et des virages aussi qui sont plus larges que les couloirs. Enfin, habiter en France ne t'assures pas de pouvoir trouver 1, 2 ou 3 ha...

Niveau foin, pour être indépendant il faudrait entre 1 et 2ha pour produire le foin soi-même, en plus du PP. Bon évidemment, ça dépend de la région, des sols, de la bonne récolte, de l'appétit des chevaux...

Ca, c'estce que j'ai pu réunir comme info, mais je ne doute pas qu'il puisse y avoir encore beaucoup de choses que je ne sais pas encore

Par kirikou : le 20/07/22 à 11:05:26

Déconnecté

Inscrit le :
16-09-2006
18536 messages

350 remerciements
Dire merci
Nan mais si cheval à problème type sme ou fourbure, ça se justifie de le priver d'herbe.
Mais quand il n'y a pas de pb qui le justifie et qu'il y a de l'herbe à foison, je trouve ça totalement absurde: en plus d'être un non sens économique, c'est l'art de se pourrir la vie pour rien!
La piste que j'ai actuellement me permet de réguler l'accès à l'herbe pour contrôler leur poids et d'avoir de l'herbe plus longtemps l'hiver.
Considérer que le foin est la solution a tous les pb (je ne dis pas que c'est ton cas), c'est se mettre le doigt dans l’œil. Pour ma jument, le problème, c'est justement le foin.

Par Lsan : le 20/07/22 à 11:09:45

Déconnecté

Inscrit le :
19-11-2009
4067 messages

73 remerciements
Dire merci
On est bien d'accord, et je n'ai pas dis le contraire, puisque c'est souvent en parlant des problèmes de santé lié à la nourriture que commence ce type de recherche.

Il me semble avoir lu qu'un des membres du groupe FB a justement une jument qui a un soucis avec le foin. Elle n'en a pas, alors sa propriétaire à laissé l'herbe dans le PP. On s'adapte.

Après le PP, de ce que je comprends, c'est un tout, il ne faut pas voir que "nourrir au foin sans herbe".

Par Erzebeth : le 20/07/22 à 11:10:18

Déconnecté

Inscrit le :
01-01-2004
68632 messages

1268 remerciements
Dire merci
+1 kirikou !

Moi aussi, je parle bien de cas où il n'y a pas de contraintes de type santé! Il est évident qu'un fourbu, SME ou autre, le coller à l'herbe c'est jouer avec le feu!

Par stephy92 : le 20/07/22 à 12:25:53

Déconnecté

Inscrit le :
22-07-2004
41129 messages

368 remerciements
Dire merci
Pour moi l'idée de suivre ce type de groupe c'est de glaner les bonnes idées. Si on est en Normandie c'est sur que ne nourrir au foin toute l'année semble un peu absurde.
Ce que j'en retient c'est plutôt les types equipistes avec les parcelles ouvertes et fermées en fonction de plusieurs critères. Ça permet à la terre de se reposer et d'avoir toujours des patures disponibles avec de l'herbe.
Le PP pur, c'est à dire sans herbe ce n'est pas mon truc (sauf si tu es sur une terre aride où tu es obligé de nourrir au foin 10 mois sur 12...

Par kirikou : le 20/07/22 à 13:24:01

Déconnecté

Inscrit le :
16-09-2006
18536 messages

350 remerciements
Dire merci
Voilà, sans forcément adhérer au principe stricto sensus du PP, je trouve qu'on peut y trouver plein de bonnes idées.
Vu le profil de ma région, de mes pâtures et de mes chevaux, je vais rester dans l'idée que :
- printemps / été je les restreins en faisant une piste qui fait le tour des prés.
- automne / début d'hiver : je ferme progressivement la piste pour ouvrir progressivement les espaces qui n'ont pas été pâturés pendant 6 mois.
- au cœur de l'hiver j'ouvre tout et je mets du foin si nécessaire.

En parallèle, je souhaite planter des arbres et des arbustes locaux (tilleuls, hêtre, noyer, charme, châtaigniers, etc.) de façon à ce qu'ils se retrouvent dans les zones non accessibles quand ils donnent leurs fruits, tout en fournissant de l'ombre sur les pistes et en favorisant la biodiversité ;
Je souhaite également dans le pré, créer des zones jamais pâturées, dans lesquelles je stocke le crottin (je ne ramasse pas tout, que certaines zones) et je plante des courges.
Ce sont des exemples parmi d'autres.


Par Pili : le 21/07/22 à 08:13:08

Déconnecté

Inscrit le :
08-07-2004
8951 messages

499 remerciements
Dire merci
premier post que je regarde:

Tout dépend...
Si on joue l'antropomorphisme jusqu'au bout, je dirais que les chevaux à l'herbe sont comme des enfants dans un magasin de bonbons.
Ils ne se posent pas de question, c'est doux et sucré alors ils en mangent jusqu'à être malade ou développer une addiction.
Mon job de "bon parent" est de les en préserver, quitte à frustrer, la santé passant avant.
Quand on va plus loin, il y a différents types d'herbes et différent bonbons avec des effets différents sur l'organisme.


ça a un nom de maladie un truc l'orthorexie (définition: Identifiée comme un trouble alimentaire obsessionnel, l'orthorexie se traduit par une fixation, une obsession de manger des aliments sains, ou supposés tels par la personne fragilisée.).

Et je voyais aussi quelqu'un conseiller de planter des patates là où il y a des orties pour en venir à bout, quand on sait que le plant de patate est quasi aussi dangereux que l'If pour le cheval s'il en mange moi ça me fait peur ...

Par Erzebeth : le 21/07/22 à 08:26:09

Déconnecté

Inscrit le :
01-01-2004
68632 messages

1268 remerciements
Dire merci
Si on joue l'antropomorphisme jusqu'au bout, je dirais que les chevaux à l'herbe sont comme des enfants dans un magasin de bonbons.

Faut peut-être pas exagérer, l'herbe c'est quand même la base de l'alimentation d'un cheval, c'est pas exactement le cas des bonbons quand même.
Ce sont des post des groupe facebook en question que tu relayes là pili ?

Par kirikou : le 21/07/22 à 08:53:13

Déconnecté

Inscrit le :
16-09-2006
18536 messages

350 remerciements
Dire merci
erzebeth : Pili doit suivre ce groupe là : Lien

Autant il y a de bonnes choses à prendre, la personne qui gère le groupe le fait plutôt bien, autant il y a des gens sacrément perchés dedans. Le coup de l'herbe comparé à un bonbon, moarf!

Par Lsan : le 22/07/22 à 10:04:52

Déconnecté

Inscrit le :
19-11-2009
4067 messages

73 remerciements
Dire merci
Entre-temps, j'ai appris que le PP ne vise à supprimer pas le moindre brin d'herbe, (je n'ai pas lu les livres de Jaime Jackson), mais a lui proposer des arbres et arbustes qu'il peut manger, ainsi que des herbes qui lui sont adaptées, donc pas de raygrass et de trèfle etc, bref, de l'herbe à vache. Qu'il faut aussi laisser du temps au cheval pour s'habituer a cette nouvelle façon de vivre, plus proche de sa nature.

quand on sait que le plant de patate est quasi aussi dangereux que l'If pour le cheval s'il en mange moi ça me fait peur ...

Ca me semble évident que dans ce cas là, tu ne le fais pas sous le nez du cheval... Tu clotures le coin si tu as un cheval respectueux, sinon, tu ne le fait pas.

Il y a énormément de post dans ce groupe, vous n'en ferez pas le tour en 2-3 jours ^^ Après faut pas tout prendre non plus pour mot-comptant. Evidemment que tu ne va pas planter un truc mortel que ton cheval risque de manger pour éliminer telle ou telle plante, on dit juste que c'est une solution.

Perso, l'ortie, non polluée et séchée, j'en donne à mes crevettes, elle adore! S'il y a d'autres aquariophiles, j'en ai fait une poudre hier pou faire des lollies qui sèchent en ce moment ^^

Par kirikou : le 22/07/22 à 10:12:19

Déconnecté

Inscrit le :
16-09-2006
18536 messages

350 remerciements
Dire merci
Entre-temps, j'ai appris que le PP ne vise à supprimer pas le moindre brin d'herbe, (je n'ai pas lu les livres de Jaime Jackson), mais a lui proposer des arbres et arbustes qu'il peut manger, ainsi que des herbes qui lui sont adaptées, donc pas de raygrass et de trèfle etc, bref, de l'herbe à vache. Qu'il faut aussi laisser du temps au cheval pour s'habituer a cette nouvelle façon de vivre, plus proche de sa nature.
Tout de suite, présenté comme ça, ça change tout. Mais encore une fois, le sujet m'intéresse beaucoup et si je ne pense pas passer au PP au sens strict, la permaculture liée au cheval et le réaménagement de mes pâtures, oui et ce groupe est pour ça très très intéressant.

Par Pili : le 22/07/22 à 10:15:45

Déconnecté

Inscrit le :
08-07-2004
8951 messages

499 remerciements
Dire merci
c'est très bien Lsan que tu continues à t'intéresser aux chevaux mais n'oublie pas qu'il y a la théorie et puis il y a la réalité du terrain. Moi aussi j'aimerais vivre en théorie pas en théorie tout va toujours bien.

Et ce que j'ai aimé sur le groupe c'est la personne qui se préoccupait du moral du cheval et qui a été balayée d'un revers de main. Oui le moral du cheval est pour moi la priorité absolue et cette histoire de PP ça me fait un peu penser aux gens qui enferment les chevaux au box sous un tas de prétexte fallacieux. Oui le PP est mieux que le box mais rien ne vaudra le pré quand c'est possible et je n'ai pas attendu le trend de la permaculture pour planter des arbres et des haies sur mon terrain et avoir des retours IRL sur mes expérimentations de plus de 30 ans.

Par Lsan : le 22/07/22 à 10:20:27

Déconnecté

Inscrit le :
19-11-2009
4067 messages

73 remerciements
Dire merci
Ah oui ! Ne vous basez pas enièrement sur ce que je dis, car je découvre le sujet ! Je suis très loin de le maîtriser si tant est que c'est possible (on parle de vivant, donc)

Ce que je j'ai retenu, c'est que l'idéal est de remplacer l'herbe à vache par des herbes variées et pauvres, des "mélanges". On structure le parc en couloirs, avec ou non des zones qu'on peut ouvrir de manière raisonnées, quelques heures par jours, avec une rotation, une gestion au fil, selon par exemple l'heure de la journée (il y a des heures, et des climats où l'herbe devient "dangereuse", pour permettre au cheval de brouter, sans pour autant devenir une barrique. Des couloirs évidemment adaptés à la taille du troupeau et aux galopades, des points d'intérets.

On lui installe du foin ou pas (certains chevaux ont des soucis de santé lié au foin, donc... On s'adapte) pas forcément en filet (on s'adapte, certain chevaux les casse, d'autres s'énervent, ou alors les proprios préfère faire des rateliers en palettes par exemple), mais surtout, on aménage, arbustes, arbres, autres... On diversifie, on plante et on pense à toutes les saisons, donc le mieux, on observe son terrain avant, pour savoir quoi planter et comment, notamment s'il faut éviter une chute d'objets dangereux (trop de pommes, des samares etc).

C'est plus que juste bêtement cloturer des pistes en terre avec des filets à foin et basta. Mais là, vous devrez vous débrouiller un peu tout seul et faire vos recherches, comme moi ^^

Edit : C'est sûrement mon post, j'ai été directement poserla question. Et oui bien sûr que la théorie et la pratique sont différentes, on parle de vivant ^^ Le tout, c'est de s'adapter à son cheval. mais s'il faut essayer le PP, autant le faire correctement avec les bonnes bases. C'est pour ça que je m'informe.


Message édité le 22/07/22 à 10:22

Par vienetta : le 22/07/22 à 17:59:04

Déconnecté

Inscrit le :
25-06-2006
1731 messages

128 remerciements
Dire merci
je pense que la définition de la permaculture telle que tu l'énonces "La permaculture repose sur un principe de base, celui de s’inspirer de la nature pour les cultures, les espèces sont indigènes, multiples et interagissent entre elles (certaines plantes poussent mieux aux côtés d’autres et certaines ne “s’entendent pas” et poussent mal ou moins bien, entrent en concurrence). En permaculture on bannis insecticides et engrais, on optimise les surfaces, car on considère que la nature est un tout et que tout doit fonctionner ensemble."
est réductrice.

En fait, la permaculture ne s'applique pas qu'aux cultures, mais c'est plus une philosophie, un art de vivre que je suis loin d'avoir entièrement appréhendé d'ailleurs. (et que je ne pourrai jamais appliquer à 100% parce que mon mari n'est pas sur la même longueur d'onde que moi pour ça)

Une des définitions qui en est donnée est:

La permaculture est, selon ses concepteurs David Holmgren et Bill Mollison, à la fois une science et un art de concevoir des écosystèmes régénératifs1 en s'inspirant du fonctionnement du vivant (biomimétisme ou écomimétisme)2. Elle rassemble à la fois une éthique, un ensemble de principes, ainsi que des outils méthodologiques permettant de concevoir tous types de systèmes, du petit potager familial à l'aménagement de bassins versants, en passant par des lieux de vie et des systèmes agronomiques.

source wikipedia

alors effectivement, la permaculture peut s'appliquer à la gestion des chevaux, mais parler de permaculture équine ou dire qu'on fait de la permaculture parce qu'on ne met pas d'engrais au jardin c'est très réducteur.
Justement, à mon avis, les chevaux font partie d'un système. Tout est interconnecté.
Par exemple, chez moi, l'abri des chevaux est en zone 1 parce que j'y vais au moins une fois par jour. Le potager est également en zone 1, ainsi que le poulailler.
Le potager, les poules et les chevaux sont interdépendants. le fumier va au potager,le foin gaspillé va en paillage au jardin ou en litière pour les poules. les poules étalent et nettoient les crottins, font des oeufs pour ma famille et leur déjections retournent au jardin. L'excédent de légumes nourrit les poules.
En zone 2-3 les prairies, 4 les haies. et on peut dire en zone 5 un petit bout de bois qui ne m'appartient pas mais qui est bordé par mes prairies.

Je fais mon jardin en sol vivant (pas ou peu de travail du sol, par d'intrants chimiques, apport de matière organique et fixation de carbone.
Mes haies contiennent de nombreuses espèces et je continue à planter des fruitiers issus de semis (si les fruits ne sont pas bons, il y aura des fleurs pour les insectes et des fruits pour les oiseaux), des saules vanniers (encore une double utilisation)
les chevaux grignotent volontiers les feuilles des frênes et autres arbres. Ils vivent à trois. mes prairies sont variées puisque anciennes et colonisées par de nombreuses d'autre espèces que celles plantées à l'origine. En revanche, je me refuse à laisser y pousser des rumex, des sénécons ou des fougères au nom de la biodiverté. Parce que si j'observe la nature autour de moi, il y a des fougères aigle partout, des sénéçons dans les fossés...
en revanche, je laisse une bande d'herbe autour de mes clôtures que je coupe rarement pour que les insectes y trouvent quand même leur compte.

En fait, je ne vois pas en quoi un PP peut-être permaculturel. Il respecte peut-être mieux l'habitat originel et les besoins des chevaux mais de là à parler de permaculture...


Par Pili : le 22/07/22 à 19:15:06

Déconnecté

Inscrit le :
08-07-2004
8951 messages

499 remerciements
Dire merci
je vais me désabonner de ce groupe ... la gourou locale a 13 ha de prairie et concentre 12 chevaux sur 1 seul et unique Ha et elle est fière comme un paon (et considère qu'elle pourrait en mettre 18). Elle confond chevaux et chiens avec son envie de découverte et d'exploration du terrain. Le cheval est un animal de routine à peu de choses près il fait la même chose tous les jours à la même heure selon le même schéma (oui il y a des différences liées aux saisons et la météo). Et pour que les chevaux ne soient pas tenté par la vue des prairies pleines d'herbe suffit de leur mettre un écran visuel (planter une haie qu'ils pourront manger).

Je déteste l'extrême et les extrémistes de tous bords et là je suis tombée sur un nid, avant de me mettre la rate au court bouillon je vais hausser les épaules et m'en aller. Le sujet est clos pour moi.

Par Ulika1 : le 22/07/22 à 19:50:10

Déconnecté

Inscrit le :
01-02-2021
769 messages

103 remerciements
Dire merci
Euh ,ou tu as vu qu'elle ne se sert que d'un hectare ,ça fait au moins 2 ans que je suis le groupe et j'ai jamais vu ni compris ça

Par westhani : le 22/07/22 à 20:28:33

Déconnecté

Inscrit le :
07-10-2004
14618 messages

97 remerciements
Dire merci
Nourrir que au foin c'était mon idée chez moi...bah j'ai un asthmatique maintenant....pour moi nourrir au sec toute l'année, c'est pas bon, alors bien sur, quand on a pas le choix, c'est comme ça...mais quand on a le choix....et même constat que les autres, le chevaux s'emmerdent au foin, en fin d'hiver ils passent leur temps à réclamer autre chose.
Il y a une dichotomie entre le discours du "proche du naturel" et le discours du tout foin qui n'existe pas au naturel.....

Par kirikou : le 22/07/22 à 20:36:35

Déconnecté

Inscrit le :
16-09-2006
18536 messages

350 remerciements
Dire merci
Ben mes chevaux adorent explorer un nouvel espace, là, j'ai lâché Wellan dans le jardin, il a été brouter dans différents coins, testant plein de plantes (dont ma ciboulette, vilain'bête!), se déplaçant beaucoup pour explorer. C'est nous qui les enfermons dans une routine. La sur ma "piste" (grande bande d'herbe qui fait le tour du pré), je me rends compte qu'ils se déplacent beaucoup plus mais aussi qu'ils adorent quand je leur ouvre la parcelle autour de la carrière pour aller brouter d'autres trucs, mais aussi pour aller foutre le bordel dedans.
Bref, un cheval a des aspects routiniers certes (heures de repos, de jeux, zones de crottins, de sieste, etc.), mais finalement quand on le "stimule" un peu dans un espace naturel, non seulement ce n'est pas source de stress, mais je vois bien que ça leur plait.

Par Lsan : le 22/07/22 à 20:47:16

Déconnecté

Inscrit le :
19-11-2009
4067 messages

73 remerciements
Dire merci
"Proche" ne veut pas dire "exactement pareil"...

Par Pili : le 22/07/22 à 20:50:20

Déconnecté

Inscrit le :
08-07-2004
8951 messages

499 remerciements
Dire merci
les miens ça fait des années qu'ils font des incursions illicites dans mon jardin pour y foutre le brin, des fois qu'il y aurait un truc encore plus délicieux à bouffer. ça c'est quand ils ont 'peu' d'espace. Quand l'espace est plus grand et plus divers et qu'ils y sont pour un bout de temps (chez moi c'est 7 à 8 mois) les sentiers sont tracés, les endroits pour brouter au même endroit aux mêmes heures des plantes différentes selon le moment, ce n'est qu'en fin de saison qu'ils envisagent d'aller 'explorer' ailleurs pcq la bonne herbe commence à manquer. Pour moi le phénomène exploratoire est plus lié à un manque de resources qu'à une réelle envie de découvrir. Tout ce qui est inconnu pour le cheval est, à priori, évité car potentiellement dangereux.

L'histoire de 12ha de foin et 1ha pour 12 chevaux c'est dans la discussion (quelque part dans le fond faut tout ouvrir) sur la frustration

Par Lsan : le 22/07/22 à 21:05:54

Déconnecté

Inscrit le :
19-11-2009
4067 messages

73 remerciements
Dire merci
Je n'ai vu nulle part qu'elle disait ça,par contre, j'ai bien lu qu'elle allait ouvrir d'autres piste et aggrandir son PP. Mais ce n'est pas le sujet de toute façon, l'idée du post c'est surtout d'échanger pour en faire quelque chose d'intéressant pour le cheval et si possible, deleprémunir des soucis de santé.

Par Ulika1 : le 22/07/22 à 21:20:42

Déconnecté

Inscrit le :
01-02-2021
769 messages

103 remerciements
Dire merci
moi de ce que j'avais compris ,c'est qu'elle est arrivée dans un endroit surpaturé de partout et que l'idée est de récupérer progressivement le terrain pour pouvoir avoir de quoi faire brouter ensuite .
Après oui ,elle n'est clairement pas pour l'herbe en libre service ,mais elle lâche régulièrement (certes en suivant tout un tas de précautions ) ses chevaux régulièrement dans de l'herbe..
Après moi ,comme partout ,je prends et je laisse beaucoup..

Par dejavu : le 23/07/22 à 16:50:25

Déconnecté

Inscrit le :
04-08-2009
12242 messages

1052 remerciements
Dire merci
Je vais aller voir... Mon cheval a passé ses dernières années dans ce qu'on apelle un jardin équin, ce qui me fait penser à ce PPP. Mais je viens de rentrer de vacances donc encore pas mal à lire.

L "jardin équin" c'est surtout de réaliser beaucoup avec peu de surface.

Par Ramdam : le 23/07/22 à 17:20:46

Déconnecté

Inscrit le :
01-07-2008
6365 messages

39 remerciements
Dire merci
+1, j'y vois aussi l'avantage de faire plus en format pp qu'en format pré, pour une surface donnée.

Ce qui n'est pas abordé ici me semble -t-il c'est que le pp c'est littéralement de l'esclavage pour le proprio.

J'ai 4500m2, je vieillis, ben je rame. J'aurais les 18ha de la dame je ferais pp aussi mais sur les 18, et open bar de temps en temps

Par westhani : le 23/07/22 à 17:33:06

Déconnecté

Inscrit le :
07-10-2004
14618 messages

97 remerciements
Dire merci
Idem : quand mes chevaux étaient chez moi en paddock je devais ramasser les crottins, nettoyer l'abris....actuellement dans 2 hectares, même le foin il n'en ont plus besoin l'hiver.
En ce moment j'ai une belle tendinite au coude et je fais déjà un travail physique (je vais toujours au taf là), et bien si j'avais en plus le taf à la maison pour les chevaux, mon coude ne se reposerait jamais. Dans une semaine je suis en vacances, j'espère que ça ira mieux après, mais au moins je sais que je vais pouvoir vraiment reposer mes tendons.

Par Erzebeth : le 25/07/22 à 13:53:16

Déconnecté

Inscrit le :
01-01-2004
68632 messages

1268 remerciements
Dire merci
Clair que la notion de l'esclavage de proprio, c'est important aussi... Il y a eu un post ici il n'y a pas longtemps ou ils étaient nombreux ceux qui, après des années à se tuer à la tâche pour leurs chevaux, et, souvent, la santé n'aidant plus, envisageaient de jeter l'éponge définitivement une fois leurs compagnons disparus. C'est triste je trouve, et c'est pas non plus le but. C'est quand même un loisir à la base, il faut que tout le monde y trouve son compte... le cheval bien sûr, car nous sommes responsables d'eux, mais aussi l'humain, sinon, il a de quoi se lasser...

Page : 1


Pour préserver la qualité de ce forum, vous devez être membre pour participer à cette discussion..
Il y a actuellement (67 140) membres dans la communauté.
Devenez membre | Connectez vous
Il y a 1 utilisateurs sur cette page : et 1 invité(s)

Les dernières annonces

a donner hongre
donation Très
a donner Pure
donne jument LUS
HONGRE DE 8 ANS
A donner cheval